Que notre france est belle avec Levanin.net
TERMIGNON

Village-station de ski de Savoie, blotti au fond de la vallée de la Maurienne, à 1300 mètres d'altitude, en partie dans le parc national de la Vanoise. Une des plus grandes communes françaises avec 14 903 hectares, 6 glaciers et 63 sommets à plus de 3000 mètres d'altitude, à elle seule elle couvre plus du tiers du parc. Dominant les habitations, l'imposante église Notre Dame de l'Assomption de style baroque, érigée au XVIIème siècle à l'emplacement d'un petit édifice du XIIème siècle, possède l'un des plus beaux retables de la région. En 1184, "Termeinon" apparait dans la bulle pontificale de Lucius III qui confirme la juridiction épiscopale de Maurienne. Au Moyen Age, Termignon se trouve sur la "Route des Epices" entre Lyon et Milan par le grand mont Cenis. De nombreux grossistes en gruyère assuraient l'approvisionnement en meule des 2 côtés des Alpes. La construction de la route Napoléon dans les années 1800 attire un grand nombre de voyageurs, beaucoup d'habitants du lieu profiteront du passage du col du mont Cenis pour ouvrir des commerces tels qu'auberges, maréchal-ferrant... Un relais de la ligne Paris—Milan du télégraphe Chappe est construit sur la Turra. Le 16 octobre 1944, les Allemands incendient le village, une grande partie est détruite, beaucoup d'habitants ne reviendront pas et resteront en ville où ils auront bénéficié d'appartement en dommage de guerre. Elle fusionne le 1er janvier 2017 avec les communes de Bramans, Lanslebourg-Mont-Cenis, Lanslevillard et Sollières-Sardières pour former la commune nouvelle de Val-Cenis.

Eglise Notre Dame de L'Assomption - Dominant le village, une construction du XVIIème siècle à l'emplacement d'un petit édifice du XIIIème siècle. elle possède l’un des plus beaux retables de la région.
Chapelle Saint Roch - Début du XVIIème siècle, érigée pour se protéger des épidémies, notamment la peste qui sévit encore en Maurienne.
Chapelle de Notre Dame de la Visitation - Fondée en 1536 sur la route des épices, appelée Notre dame du Poivre, transformée au XVIIème et XIXème siècles.
Haut de page