Que notre france est belle avec Levanin.net
SAISSAC

Pittoresque village de l'Aude situé sur un balcon naturel dominant la gorge de la Vernassonne. Le château du Xème siècle, situé en bas du village sur un éperon entouré de précipices, défend l'avancée sur la plaine. Ruines massives, tours carrées, pans de murs d'enceinte, donjon, échauguettes, tourelles, c'est un gros ensemble d'architecture militaire. Le plus méconnu des châteaux "Cathares" mais le plus ancien et un des plus vastes, vestiges du catharisme au coeur de la montagne Noire. En 960, le château est mentionné, à cette date, il est légué par l'évêque de Toulouse au comte de Carcassonne. A la révolution, le château est vendu comme bien national, divers propriétaires se succèdent dont une société de chasseurs de trésor qui dynamite le donjon et fouille les salles en vain. Le "trésor de Saissac" a été découvert en 1979 lors de travaux dans la commune: il est composé de 2000 deniers datés de la fin du XIIIème siècle. En 1994, l’édifice est racheté par la commune pour un franc symbolique, suivront de 1996 à 2000, des campagnes de consolidation en vue de l’ouverture au public. Deux salles restaurées hébergent une muséographie sur le trésor monétaire de Saissac (un des plus ancien trésor royal médiéval).

Tour Grosse - Musée des vieux métiers installé depuis 1975 dans cette tour des remparts du XIVème siècle. Il met en valeur les métiers traditionnels ainsi que la vie quotidienne des habitants.
Porte d'Autan ou de Montolieu.
Eglise Saint Michel - Du XIIème siècle, reconstruite après les guerres de religion, la tour Laymone, restes des remparts du XIVème siècle, lui sert de clocher.
Le château - Le plus méconnu des châteaux "Cathares" et pourtant, le plus ancien et un des plus vastes. En 960, il est légué par Hugues, évêque de Toulouse au comte de Carcassonne. A la révolution, confisqué et vendu comme bien national, divers propriétaires se succèdent, dont une société de chasseurs de trésor qui dynamite et fouille les salles en vain. Le "trésor de Saissac" a été découvert en 1979 lors de travaux, composé de 2000 deniers datés de la fin du XIIIème siècle. En 1994, l’édifice et rachetés par la commune pour le franc symbolique. Suivront, des campagnes de consolidation.
Haut de page