Que notre france est belle avec Levanin.net
REOTIER

La "Fontaine pétrifiante" de Réotier, fleuron touristique des Hautes Alpes, cette fontaine se forme elle même en déposant le calcaire dissous dans l’eau. L’avancée du bec versant apparaît comme un dragon crachant de l’eau, il s’est cassé en 1981 sous son propre poids, depuis il s'est presque reformé. L’eau provient d’une source située plus haut et parvient jusqu’au bec par une rigole constituée de dépôts pétrifiés. Au-dessous du versoir, la chute de l’eau crée une vasque circulaire qui s’agrandit, les ondes progressant au fur et à mesure de la création. Cette eau est fortement chargée de sulfate de chaux, carbonate de calcium, magnésium et de sel. Elle est chimiquement et bactériologiquement pure mais la libération du gaz carbonique à la sortie de l’écoulement, précipite les sels qui se transforment en dépôts solides englobant les mousses ou autres débris et créant ainsi le tuf. Suite à la construction de la ligne de chemin de fer Gap-Briançon, la base de la fontaine a été amputée. Le site a été été classé aux monuments naturels pittoresques des Hautes-Alpes, le 7 juin 1937 afin de le protéger de toute amputation ultérieure. L'eau alimente le même courant souterrain que celui des sources chaudes du plan de Phazy, de l'autre côté de la rivière, les deux sites sont situés sur la grande faille de la Durance. Les eaux de ruissellement s'infiltrent en se chargeant de minéraux et en se réchauffant progressivement pour rejaillir poussées par la pression.

La source, site naturel classé.
Le site naturel du Plan de Phazy, site historique majeur des Hautes Alpes, au fond Réotier.
La source de la Rotonde qui sert de bain, émerge d'un rocher en marbre rose, température de 27/28 degrés. "La Rotonde" est construite en 1824 autour du point de sortie de l'eau à l'époque. A l'intérieur sont creusés 6/7 petites baignoire indépendantes, auxquels accèdent par un escalier les curistes. Le site est utilisé principalement par les locaux et les militaires des garnisons proches. Le 19 mars 1935, un séisme coupe l'arrivée d'eau, le batiment est touchée. On retrouve après des recherches la source quelques mètres plus loin, à l'emplacement actuel.
l'eau chaude (tiède) alimente quatre bassins artificiels où la baignade est libre.
Haut de page