Que notre france est belle avec Levanin.net
PUYCELCI

"Un des plus beaux villages de France" du Tarn, cette bastide médiévale veille du haut de son plateau rocheux sur la forêt de Grésigne (la plus importante de Midi Pyrénées). Derrière ses remparts, encore flanqués de tours et percés de portes fortifiées, les rues présentent de nombreuses maisons des XV et XVIème siècles, l’église Saint Corneille des XIV et XVème siècles de style gothique méridional, la chapelle Saint Roch de 1703, l'ancienne mairie de 1790, le château du capitaine royal... Du chemin de ronde, s'offre un point de vue sur le paysage alentour, vignobles, forêts et vertes collines. L'histoire de la cité débute en 1180 avec l'acte de vente par lequel l'abbé Pierre d'Aurillac vend ce lieu au comte de Toulouse, Raymond V. Il fortifie la place et édifie un château, disparu depuis. Fidèle au comte de Toulouse, la citadelle résista deux fois lors de la croisade des Albigeois, en 1211 et en 1213. Le traité de Meaux, en 1229, marque la fin de la guerre et la réconciliation de Raymond VII avec Louis IX, il stipulait que 25 villes devaient être détruites dont Puycelsi. Ensuite, rebâti, le village résiste vaillamment aux routiers du vicomte de Montclar, en 1363, au Sieur de Duras, aux Anglais lors de la guerre de cent ans et même au Sieur de Payrol pendant les guerres de religion. Quatre épidémies de peste vont le frapper entre 1586 et 1652, pour remercier de les avoir épargnés, les habitants édifient la chapelle Saint-Roch. La cité continue a prospérer jusqu'au milieu du XIXème siècle où s'amorçe le déclin avec l'exode rural, puis les mines de Carmaux ont sonné la fin de l'activité des charbonniers et des verriers de la Grésigne. Après la première guerre mondiale, Puycelsi se vide de ses habitants et s'endort jusqu'au début des années soixante, quand les estivants et autres résidents secondaires commencent à restaurer les vieilles demeures.

Première porte de l'Irissou - XIIIème-XVème-XVIème siècles.
Deuxième porte de l'Irissou - XIIIème-XVème-XVIème siècles.
Maison commune de 1790.
Ancienne auberge - La première auberge est fermée aux alentours de 1870, la nouvelle ouvre en 1999. Le batiment à été agrandi et modifié plusieurs fois au cours des siècles, certaines parties datent du XIVème siècle
Eglise Saint Corneille - sa construction, a été réalisée en plusieurs étapes du XVème siècle jusqu’au XVIIème siècle, sur le même emplacement de la première du début de l’an mil. A l’origine il y avait un mur clocher typique de la région, l'actuel est érigé de 1777 à 1805. Le plafond a été réalisé par les mêmes artistes de la cathédrale d’Albi.
Retable de 1689, au dessus une vierge en bois du XVIème siècle.
Village voisin de Larroque
Chapelle Saint Roch - Edifiée en 1703 par les habitants du village pour remercier le ciel de les avoir protégés de la peste.
Château du Capitaine royal - Du XVème siècle, devenus capitaines gouverneurs à partir du XIVème siècle, les seigneurs de Puycelci habitèrent ce château. Ils gouvernaient le village pour le roi et s'occupaient de la gestion de la forêt de Grésigne.
Larroque - Situé au creux de sa falaise de calcaire rose percée de grottes naturelles.
Haut de page