Que notre france est belle avec Levanin.net
PEILLON

Spectaculaire village fortifié, des Alpes Maritimes, accroché à 360 mètres d'altitude en nid d'aigle sur un rocher étroit et abrupt, au fond d'un cirque de montagnes. Il a gardé intégralement son aspect médiéval avec ses hautes maisons de pierre regroupées les unes contre les autres faisant littéralement corps avec le rocher, l'ensemble s'harmonise admirablement avec les paysages qui l'entourent. Un des plus beaux villages perchés de la Côte d'Azur, entièrement classé, il nous offre un véritable voyage dans le temps avec ses calades tortueuses coupées d'arcades bâties, ses passages voûtés, ses escaliers et surtout en l'absence de rues encombrées de voitures. A son sommet, l'église Saint Sauveur, chapelle d'origine, agrandie et remaniée aux XVIème, XVIIème et XVIIIème siècles à l'emplacement d'un ancien donjon. L'oppidum est réoccupé suite aux invasions barbares, vers la fin du Xème siècle naissent les premières maisons. "Castro de Peliom" apparait pour la première fois en 1150, il est rattaché à l'abbaye de Saint Pons de Nice, en 1154, le Pape le transfère aux chanoines de Saint Ruff de Valence. En 1208, le comte de Provence confie le territoire aux comtes de Vintimille. Peillon et Peille, commune voisine, n'ont formé qu'une seule entité jusqu'en 1235, date à laquelle ils sont séparés. En 1388, lors de la dédition de Nice, "Villa Pellono" passe sous l'administration de la maison de Savoie (qui devient en 1720 le royaume de Sardaigne). Jusqu’à la révolution, il dépend de plusieurs familles, les Caïs, les Tonduti, les Borriglione, les Barralis, les Roux. En 1792, occupé par les révolutionnaires, il est annexé à la France jusqu'en 1814 où il redevient Sarde jusqu'en 1860 et le rattachement du comté de Nice à la France.

Fontaine dessinée en 1789 par le géomètre royal Ghiotti, inaugurée le 6 juillet 1800, classé Monument Historique en 1941.
Emplacement de "Lou Pourtail" entrée du village fortifié.
Maison de Pierre et Claude Brasseur de 1961 à 1980, aujourd'hui restaurant "Les Plaisirs". Ouvert depuis 2010 par Romain Clavel dont le grand-père paternel n’est autre que Bernard Clavel. Quant à sa mère et ses grands-parents Raymond et Andrée Millo, ils étaient les fondateurs de l’Auberge de la Madone.
Place de l'Eglise au sommet du village.
Eglise Saint Sauveur - Une chapelle servie au culte depuis le XIIème siècle avant d’être transformée et agrandie au début du XVIème siècle puis au XVIIème siècle, la façade est datée de 1772. A cet endroit se dissimulent les vestiges d’un château.
Chapelle des Pénitents Blancs - Habillée de fresques du XVème siècle.
Chapelle Saint Roch, datée de 1580, restaurée en 2004.
Auberge de la Madone - Etablissement trois étoiles de tradition.
Haut de page