Que notre france est belle avec Levanin.net
MILLAU

Ville "d'Art et d'Histoire" étalée dans la vallée du Tarn, entourée de falaises et d'affleurements rocheux impressionnants. Deux monuments symbolisent le Moyen Age: les vestiges du "pont Vieux" détruit en 1758 par une crue avec son moulin du XIème siècle et la tour carrée des rois d’Aragon du XIIème, surmontée au XVIIème siècle d'une tour octogonale. En 1361, au cours de la guerre de cent ans, la ville passe sous domination anglaise. Le retour de la paix au XVème siècle lui donne un nouvel essor, Louis XI la rattache à la couronne en 1476. La réforme atteint la cité dès le milieu du XVIème siècle, elle devient une place forte protestante pendant un siècle mais les réformés seront défaits au début du XVIIème siècle par Louis XIII, la paix d'Alès sera signée en 1629. Ensuite la ville s’embellit et se modernise, sont construits des hôtels particuliers aux décors parfois fastueux, le lavoir de l’Ayrolle et les halles municipales de style Baltard qui ouvrent le centre ancien. Dès le XIIème siècle, des textes mentionnent l’existence de mégissiers travaillant la peau d’agneau, cette activité est liée à la production du Roquefort avec ses besoins importants en lait de brebis. L’abondance du cheptel, la qualité de la peau d’agneau et la présence d’une rivière vont propulser la ville sur sa destinée gantière. Cette activité devient rapidement dominante et fait vivre jusqu’à 12 000 des 18 000 Millavois au début du XXème siècle. Millau devient "capitale mondiale de la peau et du gant" mais la ganterie est liée à la concurrence des pays émergents, à la mode qui le boude et à l’utilisation de matériaux synthétiques, aujourd'hui, la production est devenue confidentielle. Le viaduc à haubans, site touristique majeur, inauguré par Jacques Chirac le 14 décembre 2004, projete Millau sur la scène internationale avec ses records, 2460 mètres de longueur, 343 mètres pour la plus haute pile et 270 mètres sous tablier.

Pont Vieux et son moulin - Ce qu'il reste aujourd’hui de l'ouvrage du XIème siècle, attribué aux vicomtes de Millau, détruit en partie par une crue du Tarn en 1758, en 1821, on construit le pont Lerouge.
Porte du Voultre - du XIIIème siècle.
Beffroi - Tour carrée de la fin du XIIème siècle, érigée pour le roi d'Aragon Alphonse II, surmontée au XVIIème siècle d'une tour octogonale destinée à recevoir le bourdon communal et l'horloge. Emblème de la ville depuis des siècles.
210 marches à gravir pour 42 mètres de hauteur.
Bourdon communal - Placé le 31 mai 1873, fondu par la maison Triadou de Rodez, il pèse 1688 kg.
Du sommet, panorama de la ville et des causses alentours.
Les halles municipales - Inaugurées le 1er janvier 1899, Monument Historique depuis 1978, entièrement rénovées en 1984-85 par la ville.
Eglise du Sacré Coeur, 1875 – 1890.
Eglise Saint Martin - Première église paroissiale de Millau. En 1561, elle est prise par les calvinistes qui la détruisent en partie. En 1567, elle sert de magasin d’artillerie. Détruite à la fin du XVIème siècle et reconstruite par les Pénitents Blancs en 1707.
Eglise Notre Dame de l’Espinasse - Fondée au XIème siècle par les vicomtes de Millau, l’église Sainte Marie de Millau devint "Notre Dame de l’Espinasse" à cause d’une relique de la couronne d’épines du Christ, qui aurait été conservée dans son trésor. En 1561, elle est prise par les protestants millavois, qui la saccage, avec la suppression du culte catholique à Millau, elle tombe en ruine. En 1646, reconstruite et réouverte, elle est alors la seule église paroissiale jusqu’en 1828.
Portail d'entrée daté de 1645 du nouveau couvent des dominicains érigé à l’emplacement du Temple.
Temple - Construit à partir 1869 à la place de l'ancienne église des Jacobins bâtie en 1507, détruite pour laisser place à ce temple. En 1561, le couvent des Jacobins est pris par les calvinistes, l'église devient un temple mais en 1685, après la révocation de l'Édit de Nantes, il est désaffecté. En 1792, il est vendu comme bien national, mais dès 1795, il est attribué de nouveau au culte réformé.
Eglise Saint François - Reconstruite de 1868 à 1873
Lavoir de l’Ayrolle - Edifié en 1749, il s’agissait de rendre un hommage monumental au roi Louis XV. La démolition des portes et des tours du rempart a fourni les matériaux. A l'origine couvert par une toiture effondrée en 1773.
Maison Fabre ganterie. Dès le XIIème siècle, des textes mentionnent l’existence de mégissiers travaillant la peau d’agneau. Cette activité à Millau est liée à la production du Roquefort avec ses besoins importants en lait de brebis. L’abondance du cheptel, la qualité de la peau d’agneau et la présence d’une rivière, vont propulser la cité sur sa destinée gantière. La mode du gant est lancée, l’industrie gantière connait son apogée entre les 2 guerres, Millau devient "Capitale mondiale de la peau et du gant".
Viaduc de Millau - Sur l'autoroute A75, pont à haubans de 2460 mètres de longueur. Il traverse la vallée du Tarn à près de 270 mètres au-dessus de la rivière. Sa pile la plus haute fait 343 mètres.
Haut de page