STE EULALIE DE CERNON

Village médiéval fortifié de l'Aveyron, blotti dans la vallée du Cernon, capitale des "sites templiers-hospitaliers" du Larzac, derrière ses remparts, l'une des commanderies les mieux conservées en France, témoin de 600 ans de présence continue des ordres religieux et militaires en Occident. Une des premières paroisses, citée par saint Dalmas, évêque de Rodez au VIème siècle. En 1151, l’histoire des Templiers débute sur le territoire lorsque l’abbé Raimond, de Saint Guilhem le Désert, leur donne l’église de Sainte Eulalie. (Au XVIIème siècle, le choeur de l'édifice sera percé d’une grande porte surmontée d’une Vierge venant de Gênes et au XIXème siècle, l'édification du clocher sur une chapelle achève de donner à l'ensemble son aspect actuel). De nombreux dons leurs sont attribués par les seigneurs locaux. Le plus important est celui fait en 1158 par Raimond Bérenger, roi d’Aragon et comte de Barcelone qui leur cède l’intégralité du village ainsi que la terre du Larzac qui l’entoure, avec l’autorisation d’y bâtir des villages et des places fortes. A partir de 1159, grâce à l’administration des moines-soldats, le bourg prend son essor. La commanderie devient une des plus puissantes du sud de la France. Après l'arrestation des chevaliers en 1307 et la dissolution de l'ordre en 1312, Sainte-Eulalie passe sous domination de l'Ordre de Saint Jean de Jérusalem, ces derniers en poursuivront l'aménagement. En 1377, pendant la nuit du 11 juillet, François de Roquefeuil, seigneur voisin, connu pour avoir des relations difficiles avec ses voisins chevaliers, incendie et pille la ville. De 1442 à 1450, des remparts sont construits par Déodat Alaus, maître maçon de Saint-Beauzely. En 1575, la cité est pillée par les protestants lors des guerres de religion. Au XVIIème siècle, le commandeur Jean de Bernuy-Villeneuve redonnera un coup de jeunesse à l’austère et rude commanderie. A la révolution, une grande partie de Sainte-Eulalie est détruite, la commanderie démantelée en lots et vendue aux enchères. Depuis 1970, les lots sont réunis à nouveau et l’ensemble monumental mis en valeur, est ouvert à la visite.

Tour porte - Tour carrée, haute de 20 mètres, elle protégeait la porte principale qui donnait accès au village.
Fontaine de la Vierge.
Fontaine du XVIIème siècle.
La Commanderie, siège des Templiers et des Hospitaliers - A la révolution, elle est démantelée en lots et vendue aux enchères. Depuis 1970, les lots sont réunis à nouveau et l’ensemble monumental mis en valeur, est ouvert à la visite.
Église Sainte Eulalie - XIIème siècle, l'édifice est remanié au cours des siècles qui ont suivi la chute de l'ordre du Temple. Au XVIIème siècle, le choeur a été reporté au couchant et l'abside percée d'un portail en son milieu, car l'entrée primitive faisait partie de l'enceinte du couvent. En 1830, sont créées de nouvelles chapelles. Vers la fin du XIXème siècle, l'édification du clocher, bâti sur une chapelle achève de donner à l'édifice son aspect actuel.
Porte baroque, du XVIIème siècle avec ses volutes, son fronton brisé, sa vierge venant de Gênes. Ouverte par le Commandeur Jean de Bernuy-Villeneuve dans l'abside. Il inversera le sens de l'église pour convenance personnelle. La fontaine sur la place date de la même époque.
Maison des XVème et XVIIème siècles - Contemporaine de l'enceinte fortifiée, elle a été remaniée et embellie au XVIIème siècle, le plus bel exemple d'architecture classique de Sainte Eulalie.
HAUT DE PAGE