PORTES

Site patrimonial, archéologique et friche industrielle. "Ici vivait depuis la nuit des temps et jusqu’en 1933, un village cévenol contemporain de son château" une inscription sur un panneau du site. La révolution industrielle va chambouler le destin de cette commune du Gard. Les premières mentions d’une activité minière remontent au XIIIème siècle, le seigneur affermait les mines à des petits exploitants. En 1840 avec l’arrivée du chemin de fer, l’exploitation industrielle démarre, en 1855, est crée la Compagnie de Portes et Sénéchas qui produit 150 000 tonnes par an. Cette exploitation intensive va causer la ruine du bourg et de son château. Pour faire face à une demande en hausse lors de la première guerre mondiale, des galeries sont même creusées sous les habitations, causant des dégâts irréversibles. Le parking marque l'emplacement du village détruit à partir de 1930, (travaux qui ont couté la vie à 5 ouvriers Italiens) après d’énormes fissures et des effondrements. Derniers vestiges, les platanes de la cour d’école. Des cités sont construites un peu plus bas, pour reloger les habitants expropriés. L’église est déplacée, seul le château échappe à ce sort malgré un état de ruines avancé. Sur le col de Portes, il surveillait depuis le XIème siècle la voie Regordane empruntée par les pèlerins de Saint-Gilles et les Croisés vers la Terre Sainte, il était quadrangulaire avec des tours carrées. Au XVIème siècle apparait fenêtres à meneaux, galeries et escalier. Au XVIIème siècle, est édifié le château Neuf, en forme d’éperon très effilé qui fait toute l’originalité du monument. A la révolution, il et vendu. En 1841, propriété de la famille de La Vernede qui le restaure, évacué en 1929, suite aux effondrement de terrain, vers 1960, l'ensemble est stabilisé. En 1969, une association est créée afin de sauver le château, classé Monument historique en 1984.

Emplacement du village de Portes.
L'emplacement du puits et du socle de la croix.
Château du XIème siècle.
Château Neuf, à droite, en forme d’éperon très effilé, érigé au début du XVIIème siècle.
HAUT DE PAGE