JOUCAS

Havre de paix étagé sur une petite butte contre les monts de Vaucluse, dominé par une ancienne commanderie templière, rénovée et aujourd'hui privée. Pittoresques ruelles sinueuses fleuries et dédale de calades provençales, bordés de jolies maisons en pierre et de magnifiques points de vue, face à une plaine agricole où abondent vignes, oliviers, lavandes et plus loin les ocres de Roussillon. En 1055, castrum Joucas est signalé dans une charte de l’Abbaye de Saint Victor à Marseille. Propriété des évêques d’Apt, puis de la famille d’Agoult-Simiane, le fief est transmis, au XIIIème siècle, à l'ordre des "Hospitaliers Saint Jean de Jérusalem" qui deviendra "l’Ordre de Malte". Déserté, comme beaucoup d'autres villages du Luberon aux XIVème et XVème siècles, son histoire est rythmée par les hospitaliers et par l’installation des Vaudois venus des Alpes au XVème siècle et il changea plusieurs fois de mains au cours des guerres de religion. La majorité de la population rejoint la réforme puis se convertit, le seigneur commandeur est assassiné et son corps jeté dans un puits. En 1663, le château et le temple (ex église Notre-Dame) sont démolis par les catholiques. La commanderie détruite est reconstruite en partie et au XVIIIème siècle et malgré la pauvreté, une nouvelle église est bâtie. Un peu à l'écart, en contrebas, trône un moulin à vent rénové du XIXème siècle.

Village des hommes en bois et pierre.
Ancienne commanderie des Templiers, propriété privée.
Le moulin de Joucas - Construit à la fin du XIXème siècle, classé Monument Historique.
Eglise Saint Jean Baptiste - Du XVIIIème siècle.
Deux "humanoïdes" sculptés dans un olivier vieux de 700ans provenant d’une île grecque.
HAUT DE PAGE