GOULT

Village perché du Luberon qui a su garder son identité, dominé par le château de la famille d'Agoult, bâti au XIIIème, remanié au XVIIème siècle, émergeant de la roche et par un moulin à vent restauré, en fonctionnement jusqu'à la fin du XIXème siècle. Autrefois protégé par une enceinte fortifiée et par des fossés dont il reste quelques vestiges, le village présente de belles bâtisses de pierre et d'ocre rénovées avec soin, le long de ses petites rues certaines creusées dans la roche et passages voûtés. Le premier nom est Agaud, puis Agoùt en provençal et enfin Goult. La maison d’Agoult prend ce nom dès le XIème siècle. Elle règne sur le pays d’Apt et de Sault, tout le Moyen Age et à Goult jusqu’au XVIème siècle. Ensuite, les Donis en deviennent les seigneurs, Louis XIV, en 1659, érige leur terre en marquisat. Au XIVème siècle, s'installe une importante industrie de verrerie, la qualité de celle-ci lui valut la protection du roi René. Au coeur du village, de pur art roman, l'église paroissiale Saint Sébastien, a été édifiée au cours du XIIème siècle. Le bourg implanté dans le parc naturel régional du Luberon, offre, du haut de son éminence, un magnifique panorama sur les vallées du Calavon et du Limergue. En contrebas, le hameau de Lumières est construit autour du sanctuaire de Notre Dame de Lumières, un lieu de pèlerinage depuis le XVIIème siècle.

Le château (privé) - L’enceinte de la forteresse primitive et les restes d’un rempart médiéval accompagnent la silhouette massive du château du XIIème siècle. Edifié sur un roc par la famille d’Agoult, il a été remanié au XVIIème siècle par la famille De Donis selon le modèle des maisons nobles d’Italie.
Eglise Saint Sébastien, de style roman, les plus anciennes parties remontent au XIIème siècle.
Porte de l'Ourme - Entrée principale du village médiéval, percée dans le rempart.
Emplacement d'un pressoir creusé dans la roche.
Porte percée dans le rempart du castrum médiéval. Elle permettait d'entrer dans le château supérieur, détruit vers 1400.
Moulin de Jérusalem - Situé en haut du village, il figure dès 1750 sur le cadastre de Cassini où il porte le nom de Tré Casteau. Il prendra par la suite le nom du quartier dit de Jérusalem, vraisemblablement en mémoire des croisades des seigneurs du lieu.
Le conservatoire des terrasses de cultures - Un amphithéâtre naturel protégé du mistral où les agriculteurs d'autrefois cultivaient sur ces terres peu fertiles, l'olivier et l'amandier.
Fontaine lavoir, construite en 1808.
Sanctuaire Notre Dame des Lumières - En 1661, un paysan atteint d'une blessure au ventre, aperçoit dans un champ un phénomène lumineux. Au centre de cette vision se trouve un enfant, désirant le prendre dans ses bras, il ressent à cet instant un soulagement de sa douleur, la blessure est guérie. La nouvelle du miracle se transmet rapidement et bientôt un pélerinage est organisé sur les lieux. Notre Dame des Lumières est fondée.
Toujours sur les routes de France, à la découverte de nos villes et villages, joyaux du patrimoine,
albums photos en évolution permanente