ESPELETTE

Village aux maisons typiques du Pays Basque, célèbre pour son piment rouge AOP (l'or rouge fêté en octobre) qui sèche accroché en guirlande partout sur les façades et aussi pour sa foire aux chevaux où se négocie la vente de "pottok", petit cheval demi-sauvage des montagnes du Labourd, autrefois utilisé dans les mines du Nord. A l'extérieur du bourg, siège le château avec sa tour d'angle inscrite "Monument Historiques" en 1937 (l'ensemble inscrit en 1993). Le seigneur, Bertrand d'Ezpeleta (qui signifie en basque "lieu planté de buis"), vassal des princes anglais d'Aquitaine, le fit reconstruire vers 1414 sur des bases du XIème siècle. En 1462, une fois les Anglais chassés du Labourd, le roi de France, Louis XI érige la seigneurie d'Espelette en baronnie. Détruit durant la guerre de trente ans, il est rebâti et légué aux habitants ainsi que les droits seigneuriaux qui y étaient rattachés par la dernière descendante de la lignée en 1694. Restauré, il abrite aujourd'hui le centre de la vie administrative, culturelle et sociale du bourg. En 1794, suite à la désertion de quarante sept jeunes gens d'Itxassou des rangs révolutionnaires, la commune fut décrétée "commune infâme" et une partie de la population déportée dans les Landes et le Gers. Le cimetière abrite le tombeau (classé monument historique) d'Agnès Souret, première Miss France élue en 1920. Le piment est rapporté au XVIème siècle dans les soutes des vaisseaux de retour d'Amérique, à l'issue des premiers tours du Monde. Le climat du Sud-Ouest, à la fois doux, tempéré avec une pluviosité assez abondante, alternant avec un soleil généreux est parfait pour sa culture. Un syndicat de producteurs a vu le jour en 1993. Le piment d’Espelette a ainsi obtenu un label AOC (Appellation d’Origine Contrôlée) en 2000, puis en 2002, la reconnaissance de sa qualité par l’Union Européenne, avec l’obtention d’un label AOP (Appellation d’Origine Protégée).

Le piment d'Espelette est présent sur toutes les facades.
ETXEA - Centre d'interprétation de l'AOP Piment d'Espelette, espace de 100 m² dédié à la valorisation de ce dernier. Découvrir ses origines, son histoire, son terroir, son cycle de vie et aussi ses caractéristiques.
Même la Poste a ses piments.
Château des Barons d'Ezpeleta - Bâti vers l'an 1000. En 1694, la Baronne Juliana Henriquez mourut sans descendance, elle légua aux habitants le château. Son histoire est tumultueuse à l'image de l'Aquitaine, sous domination Anglaise, puis Espagnole, le château revint dans le giron Français. Détruit, reconstruit, il servit de presbytère jusqu'en 1967, il abrite aujourd'hui la mairie.
Le fronton - La pelote Basque à Espelette fait partie de la vie et de la tradition du village (comme dans tout le pays basque).
Eglise Saint Etienne - En dehors du village, sur un ancien chemin de Saint Jacques de Compostelle.
Eglise Saint Etienne - Du XVIIème siècle, remplaçant une église du XIIème siècle. Typique du Labourd avec son aspect de forteresse et son intérieur richement décoré avec son retable baroque. Elle possède un clocher-porche à l'allure de donjon datant de 1667 et un portail Renaissance de 1627.
L'intérieur est richement décoré et les côtés sont parcourus de trois étages de galeries de bois installées pour accueillir la population en augmentation sans reconstruire plus grand.
L'intérieur récemment restauré.
Espelette de nuit.
Toujours sur les routes de France, à la découverte de nos villes et villages, joyaux du patrimoine,
albums photos en évolution permanente
LEVANIN PHOTOHAUT DE PAGE