COMPEYRE

Village médiéval perché, situé sur les flancs du causse de Sauveterre dominant la vallée du Tarn. Autrefois, fortifié, il commandait les routes des vallées du Tarn vers Millau et du Lumensonesque vers Séverac et le haut-Gévaudan. Au Moyen âge, à l’abri de son triple rempart, il est au centre de la vie économique de la vallée, exposés au sud, les côteaux environnants sont couverts de vignobles. La cité garde jalousement le monopole de l’élevage des vins de l’ensemble de la haute vallée du Tarn. La bonification s’opère dans ses caves à "fleurines" (failles sur les parois rocheuses assurant, par ventilation, une humidité et une température basse constantes), d’où sort un vin que l’on retrouve même sur la table des Papes en Avignon. Au XIème siècle, un château est cité, en 1210, le chevalier de Henry en est le seigneur. Au XIIIème siècle, la seigneurie appartient au comte de Millau et à la famille de Sévérac. En 1339, Compeyre accède au rang de cité royale, devient chef-lieu de baillage et un carrefour commercial important, la partie ancienne avec ses ruelles étroites et escarpées, ses calades, ses vieilles maisons et ses anciennes mesures en pierre en témoignent. Pendant la guerre de cent ans, les Anglais, maîtres du Rouergue depuis le traité de Brétigny en 1360, sont chassés 9 ans plus tard après un mois de siège par les Français, le "puits des Anglais" a conservé son nom. Au moment des guerres de religion, Compeyre demeura catholique alors que Millau adhéra au protestantisme, la rivalité devient violente. En 1562, la cité est prise par les Huguenots, après sept ans et deux attaques échouées, les Catholiques en 1369, réussissent à déloger les protestants qui la reprennent en 1573, rejetés de nouveau en 1575, ils relancent un dernier assaut en 1586 avec une armée de 2500 hommes qui échoue! Les fortifications auraient été détruites en 1633. En 1835, l'église Saint Vincent au nord du bourg, reconnue en mauvais état, est remplacée par une église "moderne" au centre bourg, érigée de 1856 à 1860.

L'hôpital - Fondé en 1308, supprimé en 1725 et rattaché à celui de Millau.
Le Sesteyral: mesures à grains - Creusés dans la pierre, les 5 mesures représentent les différentes valeurs composant le "sétier", l'unité de mesure de la région d'une valeur d'environ 63,2 litres.
Vue sur la vallée du Tarn et les villages d'Aguessac en bas à droite.
Le château - Cité dès la fin du XIème siècle, en 1270, le chevalier Henry en est le seigneur. L'édifice actuel ne représente que le donjon, partie habitée et récemment restaurée. Le château beaucoup plus massif devait se situer au point le plus élevé, au nord, à côté du cimetière. Les textes le signalent en ruine en 1540.
Eglise Saint Vincent - Elle se trouvait à cet emplacement, accolée au fort et à demi enfoncé dans la terre. En 1835, reconnue en mauvais état, elle est remplacée par une église "moderne", érigée de 1856 à 1860 sur l'emplacement de la chapelle des Pénitents au centre bourg.
L'hôpital - Fondé en 1308, supprimé en 1725 et rattaché à celui de Millau.
Restes d'anciens remparts.
L'église Saint Vincent - Erigée de 1856 à 1860 en remplacement de l'ancienne en mauvais état.
Colombier de La Garde - Du XVIIème siècle, l'intérieur en parfait état compte près de 700 boulins. Protégé aux titres des Monuments Historiques en 2011.
Hameau de Pailhas.
Château de Cabrières - Perché sur un pic rocheux, cette forteresse secondaire, bâtie au XIIème siècle, par la suite devenue un château d’apparat, qui gagnera toute sa superbe au XVème siècle, avec ses deux tours encadrant un donjon carré. Racheté en 1894 par Emma Calvé qui l'a entièrement restauré, rajouté une aile, ouvert des fenêtres à meneaux, puis surélevé et couvert les tours, créée un parc et des terrasses, d’où elle pouvait faire ses vocalises. Elle le revendra à un industriel gantier.
HAUT DE PAGE