CERVIERES

Village de montagne du Briançonnais, entre Queyras et Italie, blotti dans les montagnes, au pied du col d’Izoard, dominé par l’église Saint Michel construite dans les dernières années du Moyen-âge. Il appartient, entre le XIVème siècle et la révolution, au territoire de la république des Escartons qui regroupait une douzaine de localités du Haut Dauphiné. Elle bénéficiait de privilèges fiscaux et d'une autonomie administrative vis-à-vis du royaume de France et du Piémont. Le village du Moyen-âge était implanté sur la rive droite du torrent de la Cerveyrette, à la suite d’un incendie, il s’est déplacé sur l’autre rive, moins ensoleillée mais mieux alimentée en sources. A la fin de l’été 1944, des bombardements ont détruit une grande partie du bourg et entraîné un important exode dont peu sont revenus. L’adrech, le plus ensoleillé, accueillera une nouvelle fois le village dans les années 50 avec les "fermes de la reconstruction", plus vastes et espacées. Aujourd’hui, il ne reste qu’un quartier au bord du torrent sur la rive droite avec ses maisons mitoyennes sur plusieurs niveaux à l'exemple de la maison traditionnelle "Faure-Vincent". En 1957, une inondation détruit une trentaine de maisons et une partie de l’église érigée en 1819 à la demande des paroissiens, l'église St Michel en hauteur étant trop difficile d'accès en hiver. Suite à cette catastrophe, il est décidé de maîtriser le torrent par des digues et des paliers. Une des rares vallées des Alpes préservée des équipements lourds de sport d'hiver. Dès 1961, des projets ont été imaginés sur la haute vallée, en 1970, "SuperCervières", situé à 1 850 m. est lancé, il prévoit l'expropriation de 6500 hectares mais, après 7 ans de batailles et de pression, il avorta.

Église Saint Michel et Saint Mammès - Construite en 1819, 1890, 1965 à la demande des paroissiens, l'église Saint Michel en hauteur étant trop difficile d'accès en hiver.
Maison Faure-Vincent - Monument Historique, XVIII, XIX et XXéme siècles. Type des maison "concentrée", abrite hommes et cheptel dans un même lieu, habitée de la mi-décembre à la mi-avril.
Église Saint-Michel du XVème siècle, un bas-côté a été ajouté côté nord au XVIIIème siècle.
HAUT DE PAGE