CARCASSONNE

La CITE, inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO, ensemble architectural médiéval fortifié dont les origines remontent à la période gallo-romaine, elle doit sa renommée à sa double enceinte, atteignant près de 3 km de longueur et comportant cinquante-deux tours. Située sur les bords de l'Aude, la commune est divisée en deux, la ville basse (bastide Saint Louis) qui occupe les berges du fleuve et la ville haute (la Cité) sur la colline. Son emplacement stratégique au croisement des routes, mer Méditerranée - océan Atlantique et Massif central - Pyrénées, est connu depuis l'antiquité. Centre du pouvoir des comtes de Carcassonne puis de la famille Trencavel au XIIème siècle, elle devient une place forte royale gouvernée par un sénéchal, suite à la croisade des Albigeois (1209-1229) où les forces royales s'en emparent. Accusée de complicité avec les Cathares, une période de terreur s'installe avec l'Inquisition dont on peut toujours voir la maison. Louis IX ordonne la construction de la deuxième enceinte et en 1247, la Cité est définitivement rattachée au royaume de France. Carcassonne fait partie du système de défense de la frontière entre la France et l'Aragon et constitue une deuxième ligne en arrière des châteaux de Peyrepertuse, Aguilar, Quéribus, Puilaurens et Termes désignés comme les "cinq fils de Carcassonne", jusqu'au traité des Pyrénées en 1659 qui fixe la frontière entre la France et l'Espagne à son emplacement actuel. La Cité perd sa position stratégique et progressivement abandonnée par ses habitants, elle devient un quartier pauvre. Les lices sont occupées par une centaine de taudis, des caves et des greniers sont installés dans les tours, elle se dégrade rapidement, au XIXème siècle, elle sert de carrière de pierres. Elle est sauvée de la destruction totale par Jean-Pierre Cros-Mayrevieille, notable et historien, habitant du lieu. Prosper Mérimée, inspecteur général des monuments historiques, a le coup de foudre pour ce monument en perdition. En 1853, Napoléon III approuve le projet de restauration et un des plus grands chantiers d'Europe s'ouvre, pendant plus de 50 ans (de 1853 à 1911), Viollet le Duc et son successeur Paul Boeswillwald lui redonnent son aspect médiéval. Aujourd’hui, un des lieux les plus visités d’Europe.

Pont Vieux sur l'Aude - Il relie la ville haute (la cité) et la ville basse. Au Moyen Age, il était l'unique passage pour accéder à la Cité. Le plus ancien document qui concerne un pont remonte à 1184. Reconstruit au XIVème siècle, réparé en 1436, 1559 et restauré en 1820, il se compose de douze arches plein cintre d'inégale longueur s'appuyant sur des piles munies d'avant et d'arrière-becs à éperons aigus.
Porte Narbonnaise - Porte d'entrée principale de la cité médiévale, construite vers 1280, durant le règne de Philippe III le Hardi, elle est composée de deux énormes tours en éperon et défendue par la Barbacane Saint-Louis.
Le buste de Dame Carcas à l'entrée de la cité, accueille les visiteurs - (Il s'agit d'une réplique, l'original, du XVIème siècle, est conservé au château). Selon la légende, elle serait la femme de Ballak, prince musulman de Carcassonne, qui est tué au combat contre Charlemagne. À la suite du décès de son mari elle aurait pris en main la défense de la ville face à l'armée franque de Charlemagne et l'aurait repoussée. Mais avant que la grande armée disparaisse, Dame Carcass rappela Charlemagne pour faire la paix. Elle fit sonner les trompettes "Carcass sonne" et l'empereur revint sur ses pas pour recevoir son allégeance.
Au XIXème siècle Viollet le Duc, dote la porte d'un pseudo pont-levis qui n'existait pas à l'origine.
Les Lices - Espace entre les 2 enceintes (qui épousait la pente de la colline), aplani au XIIIème siècle au moment où on élevait la deuxième muraille.
Basilique Saint Nazaire et Saint Celse - Construite entre le IXème et le XIVème siècles, au XIXème siècle les restaurations de Viollet le Duc ont largement transformé la basilique. Cathédrale jusqu'en 1801, elle a rang de basilique mineure depuis 1898.
Hôtel de la Cité - Etablissement 5 étoiles, il fait partie intégrante du patrimoine de Carcassonne.
Eglise Saint Gimer - Située au pied de la cité, édifiée de 1854 à 1859, par Viollet Le Duc. La chapelle Saint-Gimer existait dans le quartier avant la construction de l’église. Elle avait été érigée au XVIIème siècle sur l’emplacement de la maison natale de saint Gimer, évêque de Carcassonne au début du Xème siècle.
Eglise Saint-Vincent - XIIIème, XIVème et XVème siècles, bel exemple du style gothique languedocien et clocher octogonal de 54 mètres de hauteur à base carrée.
Château comtal - Construit au XIIème siècle par les Trencavel, vicomtes de Carcassonne, sans cesse modifié et renforcé au cours des siècles suivants.
Porte de Rodez - Elle a été refaite, l'arceau primitif se dessine encore, en face, se trouvait une seconde porte percée dans l'enceinte extérieure, aujourd'hui disparue. Par là communiquait la ville haute et le gros bourg ou bourg Saint Michel.
Ancienne manufacture royale de draps de la Trivalle - Fondée en 1694 par Guillaume III Castanier, un proche de Colbert, elle se développa jusqu’en 1789, puis par manque de moyen, l’établissement fit faillite. Une entreprise de tri de chiffons s'y installa jusqu’en 1952. Aujourd'hui l’ancien bâtiment rénové en 2013, augmenté de nouvelles constructions accueille la cité administrative.
Toujours sur les routes de France, à la découverte de nos villes et villages, joyaux du patrimoine,
albums photos en évolution permanente
LEVANIN PHOTOHAUT DE PAGE