Gastronome voyageur sur les routes de France, à la découverte de nos villes et villages, joyaux du patrimoine
VILLEFRANCHE SUR MER

Pittoresque cité médiévale des Alpes Maritimes, étalée en gradins sur les flancs de la rade éponyme, un des mouillages naturels les plus profonds de la Méditerranée occidentale, surplombée de collines où s'accrochent de belles demeures. Son port est à la fois, petit port de pêche avec ses barques colorées et grand port de tourisme, lieu d'escale de nombreuses croisières. La citadelle Saint Elme surplombant la mer, superbe fortification bastionnée construite au XVIème siècle semble continuer à défendre la vieille ville où des passages couverts et étroits succèdent à des façades colorées de maisons anciennes restaurées. Particularité dans la cité: la "rue Obscure", longue de 130 mètres. Jean Cocteau a dédié et décoré pour les pêcheurs la chapelle Saint Pierre, propriété de leur prud’hommie. La rade est fréquentée dès l'Antiquité par les grecs et romains, mais le site est victime d'attaques répétées. Au IXème siècle, les habitants délaissent le bord de mer et se réfugient sur les hauteurs. En 1295, Charles II d'Anjou, comte de Provence, comprend l'importance stratégique de ce site, aux frontières de son territoire. Afin d'encourager les habitants à revenir peupler le bord de mer, il crée "villa Franca" avec une franchise de taxes. Lors de la dédition du Comté de Nice, en 1388, Villefranche passe au duché de Savoie et en devient la seule porte maritime jusqu'à la construction du port de Nice au XVIIIème siècle et tire des revenus de tous les navires marchands accostant au port. A la suite de l'occupation en 1543, de la rade par la flotte franco-turque, le duc de Savoie décide de faire de Villefranche un port protégé permettant de construire et d'entretenir des galères. Le fort du mont Alban, de Saint-Hospice et la citadelle Saint-Elme sont érigés, cette dernière sera achevée en 1557. Une première flotte de guerre est construite dans le port de la Darse. Les Français occupent le comté de Nice plusieurs fois entre 1710 et 1722 et à nouveau en 1744. Au cours du XVIIIème siècle, la ville perd de son importance avec la construction du port de Nice. En 1793, les troupes françaises envahissent à nouveau et Villefranche passe sous administration française jusqu'en 1814. En 1856, le duc de Savoie cède à la marine russe le port qui en fera une base navale. En 1860, le Comté de Nice et Villefranche sont à nouveau annexés par la France à la suite du traité de Turin et du plébiscite de la population.

Chapelle Saint Pierre - Chapelle des pêcheurs, datée de la deuxième moitié du XVIème siècle. Le bâtiment était utilisé comme remise pour les filets et tribunal de la Prud'homie des pêcheurs de Villefranche. En 1957 Jean Cocteau a conçu et réalisé un décor peint qui recouvre toute la surface intérieure de la chapelle et la façade.
Rue Obscure - Une rue couverte de 130 mètres du XIVème siècle, située le long du premier rempart de Villefranche, inscrite aux Monuments historiques le 4 octobre 1932. Située au coeur de la vieille ville dominant le port de la Santé, elle constituait la continuité du chemin de ronde. Les caves donnant sur la rue servaient principalement d'abris pour les ânes et les chèvres. L'une d'elles, recèle un puits.
Christ du XVIIème siècle - Oeuvre d'un seul bloc en bois de figuier d'un galérien inconnu.
Fort du mont Alban - Bâti entre 1557 et 1560, situé sur la colline éponyme. Un des rares témoignages d’architecture militaire du milieu du XVIème siècle, en bon état de conservation.
La corderie - De 1772, la construction de frégates nécessite de nombreux cordages pour le gréement de ces navires. L’assemblage de ces cordages se pratique dans un bâtiment allongé (165 mètres sur 6 de large), rehaussé plus tard d’un étage.
Entrée de la citadelle Saint Elme - Occupée par l'Hôtel de ville, plusieurs musées, la chapelle saint Elme et des jardins.
Toujours sur les routes de France, à la découverte de nos villes et villages, joyaux du patrimoine,
albums photos en évolution permanente