Gastronome voyageur sur les routes de France, à la découverte de nos villes et villages, joyaux du patrimoine
SAINT DALMAS LE SELVAGE

Village de montagne authentique des Alpes Maritimes où se rencontrent le plein sud et le grand nord, niché à 1500 mètres d'altitude s’étendant aux deux tiers dans le parc national du Mercantour, au coeur de la nature. Il tient son nom de Saint Dalmas, né dans une famille païenne en Italie puis converti et du latin silva, signifiant la forêt. En 1696, Victor-Amédée II de Savoie actualise les droits régaliens liés au lointain affranchissement de la commune. Les habitants ne pouvant s'en acquitter, sont déclarés insolvables et vers 1700, la commune est vendue avec le titre de comte à un avocat de Saint-Étienne-de-Tinée. C'est à un autre comte de Saint Dalmas que le village doit le clocher de pierre érigé en 1718. Aux portes de l’Italie, le site a eu une histoire militaire mouvementée: occupation par les protestants en 1594, par les troupes françaises ensuite, par les Gallispans en 1744, et la période révolutionnaire avant les affrontements de la seconde guerre mondiale. Vers 1900, nombre d’ouvrages défensifs: blockhaus des Fourches, de Las Planas et de la Cime de Pelouse, casernes du Camp des Fourches ont été construits et sont encore visibles.

Le Pra - Situé à 1 700 mètres d'altitude, ce hameau, habité depuis 1617, a recensé 162 habitants en 1828. Avec la proximité de l'Italie, un poste de douanier était installé. Mais le Pra se trouve être un lieu dangereux pour les habitants, en 1860 d'importantes inondations se produisent et en 1961 de violents orages provoquent la destruction d'une partie des habitations.
Bousieyas - Ce hameau le plus haut des Alpes-Maritimes à 1 960 mètres, tire son nom du provençal "bousihar" qui signifie "souffler en tempête". Il s’organise autour de la petite église consacrée à Saint Pierre.
Le Camp des Fourches - Ancien village militaire abandonné depuis l’entre-deux-guerres, situé à 2 300 mètres d'altitude, réservé à l'hébergement des troupes. Sa construction a été achevée en 1896. Composé de 26 baraquements construits en dur, il pouvait abriter jusqu'à 800 hommes.
Toujours sur les routes de France, à la découverte de nos villes et villages, joyaux du patrimoine,
albums photos en évolution permanente