Gastronome voyageur sur les routes de France, à la découverte de nos villes et villages, joyaux du patrimoine
SEYNE

Village montagnard de la vallée de la Blanche, dans les Alpes de Haute Provence, fièrement adossé à la colline de la Robine, couronné par le fort Vauban englobant la tour médiévale du XIIème siècle. "Villages et cités de caractère" au riche patrimoine architectural. En 1388, la cité, appartenant au comte de Provence devient ville-frontière en raison de la proximité de la Savoie, la limite étant constituée par la chaîne de la Blanche. Pour sa défense, elle possède la "Grande tour", isolée sur la colline et des remparts qui entourent la ville. De nombreuses incursions donnent lieu à pillages et rançons. En 1483, la Provence est annexée au royaume de France, période de calme qui va être suivie des guerres de religion. Après luttes sanglantes et incendies, la cité devient place-forte concédée aux protestants, au même titre que Mérindol en Provence ou La Rochelle. En 1691, toujours ville-frontière, Vauban, sous les ordres de Louis XIV, décide de faire renforcer les fortifications par la construction de nouveaux remparts flanqués de bastions. Le fort viendra s’ajouter à l’ensemble et englobera la "Grande tour". Les travaux seront rapidement menés sous les ordres des ingénieurs Niquet et Richerand. Capitale du mulet, ce commerce a fait de Seyne une entité prospère jusqu'à la fin des années 50. Aujourd'hui, ces animaux font partie du folklore, un concours mulassier qui a lieu généralement le deuxième samedi d'août, honore cette tradition.

Toujours sur les routes de France, à la découverte de nos villes et villages, joyaux du patrimoine,
albums photos en évolution permanente