Gastronome voyageur sur les routes de France, à la découverte de nos villes et villages, joyaux du patrimoine
PEILLE

Authentique village médiéval des Alpes Maritimes, perché à 630 mètres d’altitude, sur un site escarpé dominé par les falaises du mont Baudon, il s’ouvre sur une vue panoramique de Nice jusqu’à l’Esterel. En contrebas, une oliveraie de 15 000 oliviers constituait la principale ressource des habitants jusqu’au milieu du XXème siècle. Son caractère moyenâgeux transparait à chaque coin de rue avec ses ruelles ou calades aux nombreux passages voûtés, ses maisons de pierres patinées par le temps et ses fontaines. "Pelha ou Pilia" dont l’existence est attestée par un document écrit datant de 1029, possèdait un territoire immense qui descend du col de Braus jusqu’à la mer. La petite cité médiévale désormais entourée de remparts, dépendait des vicomtes de Nice, dirigée par trois consuls, elle était un des trois chefs-lieux de baillage de la viguerie de Nice. Au cours des siècles, propriété des comtes de Provence, de la famille des Lascaris-Vintimille, de la maison de Savoie, de la France de 1793 à 1814 puis du royaume de Piémont Sardaigne avant son rattachement définitif à la France en 1860. La route reliant Peille à la Turbie n’est ouverte qu’en 1923, suivie quelques années plus tard par les routes menant vers le col des Banquettes, Sainte-Agnès et l’Escarène. Les Grimaldi de Monaco qui ont toujours eu depuis le XIIIème siècle de bonnes relations avec Peille, possèdent une propriété et une ferme sur les hauteurs de Rocagel.

La chapelle Saint-Roch, XVI-XVIIIème siècle à l’entrée du village, côté ouest, détruite par le tremblement de terre du 23 février 1887, reconstruite en 1898.
Place du Mont Agel, anciennement place de la Colle, ensemble gothique, classé monument historique en 1942, avec le palais du juge et le tribunal aux fenêtres géminées et arcades en arc brisé du XII et XVème siècle. Ainsi qu’une fontaine gothique à double vasque composée à la fois d’un abreuvoir et d’un lavoir ornant cette place dont la calade est d’origine.
Le palais Lascaris, construit au XVIIème siècle au bord de la falaise par les Lascaris, comtes de Peille jusqu’à la révolution. Il fut une de leur résidence secondaire.
L'église Sainte-Marie-de-l'Assomption, à l'architecture romane, gothique et baroque, classée monument historique depuis 1925, l’église paroissiale surplombe la partie ancienne du village. Son clocher roman lombard du XIIème siècle s’élance vers le ciel, toujours recouvert de sa pyramide de pierre.
Hôtel de ville - Chapelle Saint Sébastien, transformée en Hôtel de ville depuis 1930. La haute façade ornée de fenêtres géminées permet de se rendre compte de l’importance de ce lieu de culte, chapelle des pénitents noirs. Commencée au XIIème siècle, de style roman, elle est surmontée en 1386 d’une coupole hémisphérique en pierre de tuf locale.
Toujours sur les routes de France, à la découverte de nos villes et villages, joyaux du patrimoine,
albums photos en évolution permanente