Gastronome voyageur sur les routes de France, à la découverte de nos villes et villages, joyaux du patrimoine
LANTOSQUE

Pittoresque bourg de montagne des Alpes Maritimes, surélevé et allongé sur une barre rocheuse dominant la rivière Vésubie dans un environnement encaissé. Plusieurs fois détruit par des tremblements de terre (23 juin 1494, 20 avril 1556, 20 juillet 1564), le village semble encore aujourd'hui en position instable sur son promontoire. La rue principale qui grimpe en escalier, bordée de hautes maisons anciennes en pierre de taille ou enduites, mène au sommet du village et à l'église Saint Sulpice dont la façade et la porte sculptée remontent au XVIIème siècle, sur le parvis, une vue imprenable sur les toits de vieilles tuiles. La première mention de la cité apparaît au début du XIIème siècle, elle est sous la domination d’une famille appelée les "Chevaliers de Lantosque", ils possédaient un château qui se situait sur la partie la plus élevée du village. En 1271, la seigneurie est inféodée aux Tournefort, en 1388, elle devient savoyarde avec le comté de Nice. En 1542, pendant la guerre entre le duc de Savoie et François Ier, le village est incendié par le seigneur d’Ascros. Pendant tout le Moyen Age, Lantosque connut une grande prospérité du fait de sa situation sur l’une des routes du sel qui approvisionnait le Piémont depuis la Méditerranée et donna même le nom de "Val de Lantosque" à la vallée de la Vésubie. En 1705, le village est pillé par les soldats de Louis XIV avec une nouvelle occupation de 1707 jusqu'en 1713. Pendant la guerre de succession d'Autriche, les troupes franco-espagnoles occupent en 1744 et 1747 le comté, pendant la révolution, elles seront de retour. En 1860, réunion du comté de Nice à la France, en 1863, la première route passant par Levens et Duranus atteint Lantosque, en 1894 ouverture de la route entre Saint-Jean-La-Rivière et Plan-Du-Var, 1909-1928, construction de la ligne de tramways desservant La Vésubie. La commune est composée de quatre hameaux: Saint-Colomban, Loda, Camari et Pélasque.

(A gauche sur la photo) Chapelle Sainte Claire - Datée du XVIème siècle, de très petites dimensions, située au sud du village sur l’ancien chemin d’Utelle, comme posée en équilibre au-dessus du tunnel du tramway et aujourd’hui de la route.
La chapelle de la Miséricorde dite des Pénitents Noirs - Elle surplombe une place qui était autrefois le coeur du village avec la place Vieille.
Loggia datant du XVIIIème siècle.
Eglise Saint Pons - Datée de 1668, mélange de plusieurs styles: portail de style classique, porte sculptée, plan cruciforme unique dans la vallée de la Vésubie. Elle présente une architecture spécifique avec sa façade relativement basse, large et trapue, qui a été conçue pour résister aux tremblements de terre. Elle présente des traces d'un bâtiment plus ancien.
Notre-Dame-de-la-Grotte - Blottie au creux d’une falaise surplombant la Vésubie, perdue aujourd’hui dans la végétation, ce sanctuaire recevait annuellement une procession dirigée par les pénitents blancs. Seul exemple de grotte sanctuaire connu dans la Vésubie.
La Bollène Vésubie en arrière plan.
SAINT COLOMBAN Les premières habitations du hameau dateraient du XVIIIème siècle. L'église a été construite vers 1850. Ce sont les habitants qui ont participé à sa construction en montant les pierres depuis la vallée de la Vésubie. Il y eu un trop plein de matériau, ainsi, une maison a été édifiée pour le curé. L'église a été rénovée en 1907 à la suite d'un incendie et en 1933. La route Lantosque-St Colomban a été faite entre 1872 et 1891.
Toujours sur les routes de France, à la découverte de nos villes et villages, joyaux du patrimoine,
albums photos en évolution permanente