Gastronome voyageur sur les routes de France, à la découverte de nos villes et villages, joyaux du patrimoine
LA CONDAMINE CHATELARD

Hameaux blottis dans les replis de la vallée de l'Ubaye, autrefois d'importantes bourgades à l'économie prospère sur des lieux de passage obligatoires. La Condamine, dominé par le fort de Tournoux, accroché dans une falaise a prospéré avec la construction de cet ensemble fortifié au XIXème siècle. Le Châtelard perché sur son pignon rocheux, apparaît pour la première fois au XIIIème siècle, sous la forme de Castellar. Il tire son nom d’un château des comtes de Provence, détenteurs du fief jusqu’en 1388, où il passe aux comtes de Savoie jusqu'au traité d'Utrecht en 1713 quand l’Ubaye et la seigneurie reviennent au roi de France. Autrefois la situation du Châtelard au carrefour de trois routes était mise à profit par la perception d’un péage. A l'origine, La Condamine était un simple hameau de Châtelard, situé plus en hauteur. Au XIXème siècle, le bas prospéra tandis que le haut perdait de l'importance. En 1850, le siège fut transféré de Châtelard à la Condamine et prit le nom actuel.

Le Châtelard - Ancien chef lieu sur son pignon rocheux.
L’église Saint Clément du XVIIIème siècle, ses fonts baptismaux, carolingiens, sont classés au titre objet d’époque médiévale.
Le fort de Tournoux - Construit de 1843 à 1866, étagé sur 700 mètres de dénivelé il couvre plus de 56 hectares. Des batteries lui sont ajoutées après 1870 et des abris bétonnés juste avant la première guerre mondiale. En 1934, faisant partie de la ligne Maginot des Alpes, on construisit une batterie casematée. L'ensemble pouvait accueillir jusqu'à 1200 hommes.
Toujours sur les routes de France, à la découverte de nos villes et villages, joyaux du patrimoine,
albums photos en Ă©volution permanente