Gastronome voyageur sur les routes de France, à la découverte de nos villes et villages, joyaux du patrimoine
FONTVIEILLE

Village pittoresque en plein coeur de la Provence des Alpilles, aux maisons anciennes construites avec la pierre du pays sortie de carrières en activité dès le XVème siècle. Cette pierre a été choisie pour construire les arènes d'Arles et de Nîmes, le château de Tarascon, le palais Longchamps et la Bourse à Marseille. C'est sur la butte ventée du moulin de Daudet entouré d'oliviers, de pins, de chênes verts, qu'Alphonse Daudet trouva l'inspiration pour ses histoires dont les célèbres "Lettres de mon moulin". L'aqueduc romain de Barbegal et les moulins du même nom fournissaient la plus grande concentration de puissance mécanique du Monde antique, cet ouvrage complexe, composé de deux aqueducs parallèles, l'un conduisait l’eau potable vers la cité d’Arles à partir des Alpilles et l'autre alimentait une meunerie pouvant produire jusqu’à 4,5 tonnes de farine par jour.

Le moulin Saint-Pierre, dit "moulin de Daudet", construit en 1814, il est le moulin à vent le plus connu de Fontvieille. Contrairement à la légende locale, Daudet ne l’a jamais habité, c’est au château de Montauban chez les Ambroy qu’il réside, mais ce moulin l’aurait inspiré pour écrire "Le secret de Maître Cornille", l’une des nouvelles du recueil Les Lettres de mon moulin, publié en 1869. Sur la même colline on peut voir d’autres moulins (moulin Sourdon, moulin Ramet, moulin Tissot-Avon...), dont le premier fut construit en 1791.
Aqueduc romain de Barbegal - Un riche patrimoine hydraulique, le plus important des Alpilles dont l’élément essentiel est constitué par les deux aqueducs romains qui en longent les versants nord et sud, pour alimenter l’un la colonie romaine d’Arles, l’autre les moulins de Barbegal. Ce patrimoine comporte également une série d’ouvrages qui assuraient l’alimentation en eau des habitants du massif.
Ruines des Moulins de barbegal
Château d'Estoublon
La Tour des Abbés - Elle aurait été élevée par l’abbé de Montmajour, Pierre de Canillac, entre 1348 et 1353. Construction à la fois défensive et résidentielle, la tour constitue un symbole de pouvoir et de puissance militaire qui a son importance en ces temps de guerre. Elle est combinée à d’autres constructions abritant le logis seigneurial ainsi qu’une salle d’apparat où l’on rendait la justice.
Toujours sur les routes de France, à la découverte de nos villes et villages, joyaux du patrimoine,
albums photos en évolution permanente