Gastronome voyageur sur les routes de France, à la découverte de nos villes et villages, joyaux du patrimoine
CORDES SUR CIEL

Cité médiévale qui a adapté ses rues tortueuses et ses maisons à un relief escarpé. Grand site de Midi Pyrénées dominant la paisible vallée du Cérou et grande étape sur les chemins de Compostelle, dans le Tarn. En 1222, le comte Raymond VII de Toulouse, maître du territoire, fraîchement reconquis, décida de faire bâtir un nouveau bastion affecté à sa défense. La fondation de cette cité était également destinée à accueillir une population dépossédée de ses habitations et rendue éparse par les conquêtes des barons du royaume de France. Son édification dura sept ans, rapidement peuplée, de nombreux ateliers s'y installèrent et des remparts furent construits. Les croisés ayant été momentanément repoussés, la ville devint l’un des foyers du catharisme, à la fin du mouvement religieux, elle subit l’inquisition et les persécutions menées par l’évêque d’Albi mais ne se soumet qu’en 1321. Malgré celles-çi, Cordes se développa grâce à l’essor des industries de toiles, de draps, de cuir, au commerce et à la finance, atteignant 5000 habitants et débordant des remparts, il fallut édifier de nouvelles fortifications. Entre 1280 et 1350, de riches familles marchandes élevèrent des maisons aux très belles façades gothiques que l’on retrouve encore aujourd’hui. En 1348, la cité est victime de la peste noire, emportant un quart de sa population. Au cours de la guerre de cent ans, la ville dut renforcer ses fortifications mais eut peu de dommage. A partir de 1450, cette place connut un nouvel essor, grâce au commerce du pastel mais dut faire face à partir de 1562 aux guerres de religion, fortifiée, elle sera ainsi prise d’assaut en 1568 par les protestants, pillée et incendiée. Elle fit de nouveaux les frais d’épidémies de peste et perdit peu à peu de son influence. Au XVIIème siècle, la construction du canal du Midi modifia les grands axes commerciaux et la laissa sur la touche, elle se vida peu à peu jusqu'à la révolution et tomba progressivement dans l’oubli, avant de s’éveiller à partir du milieu du XXème siècle, lorsque des artistes la redécouvriront. Une mise à l’écart qui explique que la cité ait réussi à garder autant de traces de son passé.

Toujours sur les routes de France, à la découverte de nos villes et villages, joyaux du patrimoine,
albums photos en évolution permanente