Gastronome voyageur sur les routes de France, à la découverte de nos villes et villages, joyaux du patrimoine
CARGESE

Ville surnommée "la Grecque" bâtie sur un promontoire qui ferme le golfe de Sagone aux eaux étincelantes de reflets saphir et émeraude, est empreinte de douceur et de tranquilité. Son histoire est marquée par l'installation d'une colonie grecque au XVIIème siècle, elle en garde deux témoignages religieux complémentaires avec deux églises qui se font face, l'une au rite Latin, l'autre au rite Byzantin. En contrebas, surplombé par le cimetière, un pittoresque port de pêche et de plaisance. En janvier 1676, une colonie de six cents Grecs issus du village de Vitylo, situé au sud du Péloponnèse, fuyant l'occupation turque, s'établie dans l'arrière-pays de Sagone, à Paomia, deux kilomètres à l'est de l'actuel Cargèse, après un passage par la république de Gênes qui leur accorda ces terrains abandonnés au maquis. Au début du XVIIIème siècle, Paomia est brûlée et pillée par la population corse qui s'est soulevée contre Gênes, les Grecs se réfugient à Ajaccio. En 1768 avec la cession de la Corse, l'île passe sous administration française. En 1773, les Grecs reçurent de Marbeuf, gouverneur français de l’île, le territoire de Cargèse et y édifièrent un village de 120 maisons, érigé en marquisat par le roi à son bénéfice, comme marquis de Cargèse, il fit construire un château, détruit en 1793 par les Corses.

Toujours sur les routes de France, à la découverte de nos villes et villages, joyaux du patrimoine,
albums photos en évolution permanente