Gastronome voyageur sur les routes de France, à la découverte de nos villes et villages, joyaux du patrimoine
BERGHEIM

Village de la route des vins, entouré de ses fortifications constituées d’une double enceinte bien conservée avec ses fossés, ses murs flanqués de tours dont certaines ont été transformées en habitation et la porte Haute, du XIVème siècle qui gardait l’entrée ouest, la seule des trois encore existante. Le centre ville comporte de nombreuses maisons de vignerons et l’église du XIVème siècle, construite suite à l’incendie de la précédente, remaniée au cours des siècles. Aucun lieu en Alsace n'a aussi souvent changé de maître que ce bourg. Au Xème siècle, la cité est un bien royal, donné en fief au duc de Lorraine qui en fera lui-même don à l’évêque de Toul. En 1287, elle devient possession de la famille des Ribeaupierre qui la dote de ses remparts. Vendue aux Habsbourg en 1313, ils la confieront à diverses familles nobles, avant d’en reprendre le contrôle à la fin du XVème siècle. En 1648, par le traité de Westphalie avec le reste de l’Alsace, elle devient française et passe entre les mains de diverses familles nobles, pour devenir finalement la propriété de la famille de Birkenfeld qui la conservera jusqu’à la révolution. Bergheim avait la particularité de posséder le droit d’asile, ce qui permettait à toute personne pourchassée de s’y réfugier. Un tilleul planté il y a plus de sept siècles, "arbre remarquable de France" avec ses six mètres de circonférence est le plus vieil habitant de Bergheim, témoin privilégié de l’histoire de la commune.

Le Tilleul - Arbre planté en l'an 1313 pour commémorer les privilèges que l'état autrichien avait accordé à la ville. 17 mètres de haut, 6,3 mètres de circonférence.
Toujours sur les routes de France, à la découverte de nos villes et villages, joyaux du patrimoine,
albums photos en évolution permanente