Gastronome voyageur sur les routes de France, à la découverte de nos villes et villages, joyaux du patrimoine
ASPREMONT

Village perché des Alpes Maritimes dominant la plaine du Var, anciennement fortifié, les maisons y sont bâties en cercles concentriques formant une sorte de couronne autour du sommet. Bien visible, l'église colorée Saint Jacques Le Majeur du XVIème siècle, remaiée au XVIIIème et récemment rénovée siège au milieu de ruelles, escaliers, passages voûtés et de maisons médiévales en pierres de taille ou façades colorées. Au Moyen Age, fief des comtes de Provence puis des Chateauneuf, Chabaud, Marquesan, Borriglione et autres grandes familles nobles. Il a gardé quelques souvenirs de cette époque lointaine dont la plate-forme de l'ancien château à son sommet et plus au nord sur le mont Cima, quelques ruines du château primitif. Aspremont est dominé par le mont Chauve, haut de 1053 mètres, sur lequel se dresse encore à son sommet dénudé un fort désaffecté construit à la fin du XIXème siècle. A partir du XIème et jusqu’au début du XVème siècle, le village se situe sur le Mont Cima, à 800 m d’altitude. Le nom d’Aspremont viendrait d’asper et mons, c’est-à-dire "montagne rude". En 1426, le seigneur Ludovic Marquesan proposa aux habitants de déplacer le village car ils se trouvaient trop éloignés de leurs champs et dépourvus d’eau. Un acte notarié signé par les 240 chefs de ménage valida le transfert. Les anciennes maisons furent démolies et les matériaux récupérés, le nouveau village était achevé en 1438. Les deux hameaux de la commune, Colomars et Castagniers, finirent par rattraper le chef-lieu en population au milieu du XIXème siècle, ils demandèrent leur élévation en communes indépendantes, séparation qui devint effective le 2 juin 1874.

Toujours sur les routes de France, à la découverte de nos villes et villages, joyaux du patrimoine,
albums photos en évolution permanente