Gastronome voyageur sur les routes de France, à la découverte de nos villes et villages, joyaux du patrimoine
ABBAYE DE SILVACANE

Abbaye cistercienne fondée en 1144 par des moines venus de l'abbaye de Morimond, son nom vient des marécages à roseaux de la Durance, au bord de laquelle elle est implantée: "silva cannorum" (forêt de roseaux). Avec Sénanque et le Thoronet, elle fait partie des trois abbayes cisterciennes de Provence appelées les "trois soeurs provençales". C'est la plus récente des trois et la seule qui n'ait pas retrouvé une activité conventuelle. Protégée par les grands seigneurs de Provence, ses débuts furent dynamiques. En 1175, Bertrand des Baux entreprit la construction de l'église où il est enterré. En 1188, Silvacane fonda une filiale à Valsaintes près d'Apt, mais le déclin qui s'amorça dès la fin du XIIIème siècle sera irréversible. Un conflit avec l'abbaye de Montmajour éroda son aura. La destruction en 1358 par le seigneur d'Aubignan et les grandes gelées de 1364 qui anéantirent les oliviers et les vignes, entrainèrent la chute et pour finir, les inondations de la Durance, en 1440, détruisirent le monastère. En 1450, l'abbaye fut annexée au chapitre de la cathédrale Saint Sauveur d'Aix-en-Provence et les abbés de Valsaintes rétablis. Devenue église paroissiale de la Roque d'Anthéron au début du XVIème siècle, elle subit des dégradations pendant les guerres de religion. A la révolution, les bâtiments à l'abandon sont divisés en lots et transformés en exploitation agricole. L'état rachète l'église en 1845 et pour effectuer le remembrement de l'ensemble du site, un décret d'expropriation est signé en 1945 par Charles de Gaulle. Les travaux de restauration commencent en 1950 par l'église, puis sur des fondements découverts en 1989, ont été restitués les bâtiments monastiques, le mur d'enceinte ainsi que l'hôtellerie des moines. La propriété de l'abbaye a été transférée à la commune le 9 juin 2008.

La rosace d'origine de l'église.
Le dortoir - Seule pièce située au 1er étage, la proximité avec l'église permettait aux moines l'accès aux offices la nuit.
La salle capitulaire ou salle du chapitre - Salle réservée uniquement aux moines de choeur.
L'Armarium ou la bibliothèque, ou était rangés et conservés les livres de prières et d'études.
Le chauffoir - La salle des moines, la seule à posséder une cheminée. L'éducation des novices, la copie des manuscrits et les travaux de couture s'effectuaient dans cette pièce.
Le réfectoire - Seuls les moines de choeur mangeaient dans cette pièce.
L'arrière de l'abbaye.
Le batiment d'accueil.
Toujours sur les routes de France, à la découverte de nos villes et villages, joyaux du patrimoine,
albums photos en évolution permanente