Gastronome voyageur sur les routes de France,
à la découverte de nos villes et villages, joyaux du patrimoine
VARAGES

Village du haut Var bâti sur une barrière de tuf sécrété par l'abondante source de la Foux. Le nom de Varages apparut en 1192, "Varago" en provençal signifie le gouffre, le précipice, il s'est progressvement installé sur la falaise. Au XVIème siècle, Varages produisait déja une huile d'olive reputée dans toute la région. Entouré de collines boisées modelées par les caprices d'une géologie qui fait affleurer par endroit un gisement important d'argile, il a toujours été un village de potiers. En 1695, il devient celui de la faïence, Joseph II Clérissy et Étienne Armand en sont les premiers maîtres faïenciers. Au XVIIIème siècle, les faïenceries se développent, en 1789, on comptait huit fabriques et cinq moulins à vernis. En parallèle de la faïence ordinaire, les maîtres sortent de leurs fours de belles pièces décorées, aujourd'hui conservées dans différents musées (Sèvres, Grasse, Marseille etc.). La mode de la porcelaine et la concurrence du Nord sonnent le glas de la faïence de luxe, Varages s'adapte avec des produits utilitaires. L'arrivée du train vers 1890 et l'avènement de l'électricité donnent un second départ à la cité. De nos jours, après trois siècles, la faïence de Varages est toujours présente avec sa manufacture. Installé dans l'ancienne demeure du général d'empire, Gassendi (1748-1828), un musée retrace la production faïencière.

Musée de la faïence - Installé dans l'ancienne demeure du général d'Empire Gassendi, il retrace la production faïencière de Varages depuis la fin du XVIIème siècle. Il offre aux visiteurs un espace de plus de 250 m2 sur trois niveaux, et abrite une présentation des techniques de fabrication et une collection de plus de 1000 pièces.
Quartier des moulins en contrebas de la falaise, à huile, à farine et à papiers, entrainés par la force motrice de l'eau. Le moulin à farine à été écrasé par la chute d'un énorme bloc de tuf une nuit de 1959. Le dernier moulin à fermé en 1978.
Chapelle Saint Pothin - Le patron de Varages, martyr et premier évêque de Lyon. Jusqu'à la fin du siècle dernier existait un ermitage accolé à la chapelle où habitait le frère chargé de veiller sur les lieux et de sonner la cloche en cas d'orage ou d'incendie.
Source de la Foux - Principale alimentation en eau du village.
Le parc de l'enclos, jardin de la maison Gassendi, ancien général de Napoléon Bonaparte.
La Faïencerie de Varages, perpétue une tradition faïencière datant de plus de 300 ans sur site, offrant une importante gamme de pièces et une large palette de couleurs.
Toujours sur les routes de France, à la découverte de nos villes et villages, joyaux du patrimoine,
albums photos en évolution permanente
LEVANIN PHOTOHAUT DE PAGE