Gastronome voyageur sur les routes de France,
à la découverte de nos villes et villages, joyaux du patrimoine
TENDE

Gros bourg construit en étages à flanc de montagne, mêlant les influences alpines et méditerranéennes, dominé par la tour de l'horloge et les vestiges du château des Lascaris du XIVème siècle. La vieille ville médiévale dont l'accès se fait par des escaliers raides, est parcourue sur toute la longueur par la rue principale, bordée de maisons presque austères en pierre verte ou grise, éclairées de quelques trompe l'oeil sur une façade ou sur une fontaine. Tout au bout se trouve la collégiale rénovée Notre Dame du XVIème siècle, à la façade flamboyante, rouge et jaune et son clocher à bulbe d'architecture lombarde. Frontalière des Alpes Maritimes avec l'Italie, située à plus de 800 mètres d'altitude, elle est intégrée dans le parc national du Mercantour. Située aux portes de la vallée des Merveilles, l'incontournable "musée des merveilles" permet de comprendre les croyances, la vie quotidienne et la culture des peuples qui vivaient dans cette vallée, voici près de 4000 ans. En 1860, Tende et de La Brigue ne furent pas comprises dans les territoires cédés à la France par le traité de Turin pour permettre au roi Victor Emmanuel II de jouir de ses territoires de chasse. Ce n'est qu'après le traité de paix de Paris en 1947 qu'ils deviennent français. Jadis c'était une importante étape sur la "route du sel" qui reliait Nice à l’Italie du nord par le col de Tende (1 871 mètres), ce sel servant à la conservation des aliments, provenait des marais salants de Toulon et d’Hyères. Il était acheminé par mer jusqu’au port de Nice puis par des milliers de mulets jusqu'à Turin par tous les temps. Une brigade d’intervention assurait la viabilité du passage coûte que coûte, en hiver, ils creusaient des marches dans la glace pour faciliter l’ascension des bêtes. En 1882, la percée du tunnel a rendu plus aisée la traversée du massif. Un hameau de la commune, Saint Dalmas de Tende possède un monument hors du commun, une gare monumentale de 120 m de long sur 15 m de large, construite en 1929, dans le style des grands bâtiments de l'époque fasciste, gare frontalière, elle se voulait une affirmation de la puissance de Mussolini, aujourd'hui fermée et murée, elle est un arrêt sur la voie ferrée Nice Cuneo.

Toujours sur les routes de France, à la découverte de nos villes et villages, joyaux du patrimoine,
albums photos en évolution permanente
LEVANIN PHOTOHAUT DE PAGE