Gastronome voyageur sur les routes de France,
à la découverte de nos villes et villages, joyaux du patrimoine
SAINT BENOIT

Petit village perché des Alpes de Haute Provence situé à 700 mètres d'altitude, au-dessus de la vallée du Coulomp dans un site naturel de roches grisâtres érodées et ravinées par l'érosion, émergeant au milieu de prés et de collines boisées. Le nom du village apparaît pour la première fois vers 1200 (castrum sant Benedicti), initialement installé sur la colline de Villevieille. La fondation au XIIIème siècle d'un prieuré bénédictin par l'abbaye Saint Dalmas de Valdeblore, entraîne le déplacement du village sur son site actuel. Le prieuré passe ensuite à l'abbaye Saint Dalmas de Pedona (aujourd'hui à Borgo San Dalmazzo). Les Pontevès sont les seigneurs du lieu aux XIV et XVème siècles, les Lombard leur succèdent jusqu'à la révolution. Après la guerre de cent ans et une fois la sécurité revenue, de 1442 à 1471, 40 familles quittent les deux villages de Braux et de Saint Benoit pour s'installer dans des régions plus faciles à cultiver.

L’église paroissiale, sous le titre de Saint Benoît et le patronage de saint Marc - En roman du XVIème siècle, le mur du choeur intérieur est doublé par un second mur, qui date d’une église précédente XIIIème ou début du XIVème siècle.
La chapelle de la Vierge
Le pont de la reine Jeanne - L'existence d'un pont à l'emplacement de l'actuel est attestée en 1296. En 1676, la communauté de Saint-Benoît demande à l'assemblée de la province la reconstruction du pont. Un nouveau est construit et la réception des travaux est faite en 1685 puis en 1693. Mais il est ruiné rapidement à cause d'un défaut de l'entrepreneur. Le 15 février 1728, le travail est confié à Joseph Blanc, charpentier au Fugeret. La durée des travaux est de 2 ans, 1728 et 1729. La réception des travaux est faite en 1734, puis confirmée en 1743. En dos-d'âne, long de 39 m, large de 2,7 m pour une hauteur de 12,5 m.
Le pont de Gueydan - Un premier pont construit à l'époque moderne, est doublé au XIXème siècle par une second plus large. Détruit en 1944, il n'en reste plus que les vestiges des culées. Un nouvel ouvrage de 37 mètres d'ouverture est construit en 1949.
Toujours sur les routes de France, à la découverte de nos villes et villages, joyaux du patrimoine,
albums photos en évolution permanente
LEVANIN PHOTOHAUT DE PAGE