Gastronome voyageur sur les routes de France,
à la découverte de nos villes et villages, joyaux du patrimoine
MORTAGNE SUR GIRONDE

Village de Charente Maritime, édifié sur deux niveaux, la ville haute qui offre une vue imprenable sur l'estuaire de la Gironde, tandis que la ville basse avec son port, au milieu du marais est à l'abri des falaises. Sur un éperon calcaire à mi-chemin des voies fluviales reliant le nord et le sud de l’Europe, cette petite ville a prospéré grâce au commerce. Au IIème siècle, Saint Martial s’installe dans les cavités calcaires de la falaise. Ces grottes seront ensuite aménagées en ermitage monolithe par des moines qui creusèrent au fil des siècles cellules et église à même la falaise, jusqu'au Xème siècle. La cité fut ensuite le siège d’une puissante seigneurie installée dans le château surplombant l’estuaire sur le haut de la falaise. Durant la guerre de cent ans, il connut de nombreux sièges, en 1407, il fut définitivement délivré des anglais. En 1580, les protestants s’emparent de la ville et détruisent le prieuré et une partie de l’église. Louis XIII, en 1622, délivre la principauté. Mortagne a une longue histoire portuaire, port d'embarquement pour les pèlerins puis pour les émigrants en partance pour le Canada, port de pêche de l'esturgeon, il a abrité des navires à voile de la "Royale", puis jusqu’en 1914 des navires militaires. Pendant longtemps, il est le troisième port de la Gironde après Bordeaux et Blaye. Aujourd’hui, l’ermitage Saint Martial, l’un des premiers lieux de culte chrétien, se visite.

ERMITAGE MONOLITHE SANT MARTIAL
Découvertes puis habitées par Saint Martial au IIIème siécle, ces grottes furent aménagées et occupées par des moines au IVième siécle. La mer arrivant au pied des falaises, les navigateurs en détresse pouvaient, grâce à un "amer", se repérer et s’y réfugier. Vers 1025, l’ermitage servait d’étape aux pèlerins en route vers St Jacques. Le travail des moines consistait à passer, en barque, les voyageurs sur la rive opposée. On y accédait à pied, par le haut des rochers, depuis la tour, qui servait à la fois d’amer et de clocher.
Toujours sur les routes de France, à la découverte de nos villes et villages, joyaux du patrimoine,
albums photos en évolution permanente
LEVANIN PHOTOHAUT DE PAGE