Gastronome voyageur sur les routes de France,
à la découverte de nos villes et villages, joyaux du patrimoine
LA ROQUE D'ANTHERON

Gros village des Bouches du Rhône sur les bords de la Durance, célèbre par son festival international de piano et l'abbaye de Silvacane. Dès 1144, des moines venus de l’abbaye de Morimond, fille de Cîteaux, s’entendent avec la famille des Baux pour s’installer sur un lieu appelé "Silva Cana" (forêt de roseaux). En 1175, mise en place de la première pierre de l'abbatiale. L'abbaye prospère est devient puissante, un hameau s'élève à ses coté. Le déclin s'amorce à la fin du XIIIème siècle avec l'invasion par les moines noirs de Montmajour, la grande peste, la guerre de cent ans et l’affaiblissement des ordres monastiques (en partie lié à l’apparition de l’imprimerie, enlevant aux moines leur rôle de copistes). En 1455, l'abbaye est rattachée au chapitre d'Aix-en-Provence et l'abbatiale devient l'église paroissiale lors de la création du village en 1513 par un "acte d'habitation" de Jean de Forbin, seigneur de La Roque, pour 70 familles de colons, la plupart étant "vaudois". En 1545, une persécution est organisée par les troupes du parlement d’Aix qui pillent le village, les terres sont confisquées et les habitants massacrés. Dès la fin du XVIème siècle, protestants et catholiques occupent successivement l'abbaye qui devient une carrières de pierres. Déclaré bien national à la révolution, transformé en exploitation agricole, l'ensemble, classé Monument Historique, est acquis par l'Etat en 1945 et restauré.

Notre Dame de l'Annonciation.
Abbaye de Silvacane - la plus récente des trois abbayes cisterciennes de Provence, comme ses deux soeurs Le Thoronet (Var) et Sénanque (à Gordes) elle offre une architecture en parfaite harmonie avec les règles prônées par Saint Benoît et l'ordre de Cîteaux, simple, austère, rigoureuse, fonctionnelle et dépouillée de tous les ornements qui puissent détourner le moine de sa prière.
La rosace d'origine de l'église.
Le dortoir - Seule pièce située au 1er étage, la proximité avec l'église permettait aux moines l'accès aux offices la nuit.
La salle capitulaire ou salle du chapitre - Salle réservée uniquement aux moines de choeur.
L'Armarium ou la bibliothèque, ou était rangés et conservés les livres de prières et d'études.
Le chauffoir - La salle des moines, la seule à posséder une cheminée. L'éducation des novices, la copie des manuscrits et les travaux de couture s'effectuaient dans cette pièce.
Le réfectoire - Seuls les moines de choeur mangeaient dans cette pièce.
L'arrière de l'abbaye.
Le batiment d'accueil.
Toujours sur les routes de France, à la découverte de nos villes et villages, joyaux du patrimoine,
albums photos en évolution permanente
LEVANIN PHOTOHAUT DE PAGE