Gastronome voyageur sur les routes de France,
à la découverte de nos villes et villages, joyaux du patrimoine
LA ROMIEU

Etape de la via Podiensis du pèlerinage vers Compostelle, "Un des plus beaux villages de France" du Gers, dominé par sa collégiale et ses imposantes tours. A ses pieds, le village embrasse le site avec ses façades de pierre claire et sa place à arcades, typiques de la région. Tirant son nom du gascon "Larroumiou" qui signifie "là où vit le pèlerin", un prieuré est fondé à la fin du XIème siècle par l'abbaye Saint Victor de Marseille sur le lieu d'un ermitage établi par Albert, moine, à son retour de Rome, puis une sauveté est créée. Trois siècles plus tard, le cardinal Arnaud d'Aux, cousin du Pape Clément V et originaire du village, fait ériger la collégiale Saint Pierre avec ses deux tours et le palais (saccagés pendant les guerres de religion). A cette époque, la cité est défendue par une ceinture de murailles et trois portes, une seule est encore visible. L'ensemble collégial, classé au patrimoine mondial de l'Unesco, constitue un magnifique exemple de l'architecture gothique méridionale, il forme un tout remarquable avec son église à nef unique, ses deux imposantes tours, sa sacristie ornée de fresques polychromes du XIVème siècle, son cloître aux arcades géminées et son jardin. La visite des lieux permet de bénéficier d'un beau panorama sur le village et la campagne gersoise depuis le belvédère de la tour octogonale. Après le traité d'Amiens, en 1279, La Romieu entra dans le domaine du roi d'Angleterre et ne revint dans celui du roi de France qu'en 1453. En 1569, les protestants pillèrent la ville, la collégiale et l'église Notre Dame ont été saccagées, le cloître incendié, ses étages partiellement détruits et la révolution a vu la démolition du palais. Ensuite les villageois choisirent la collégiale comme église paroissiale, ce qui a entraîné la démolition de Notre Dame. Cité des chats: des statuettes de chats, oeuvres de Maurice Serreau, rappellent Angéline, jeune fille qui en abritait clandestinement, durant l'hiver 1342, où une famine contraignit les habitants à dévorer leurs matous. Mais le couple, non rancunier, à qui Angéline avait évité de finir en civet, croqua avec ses descendants, les rats qui détruisaient les récoltes, sauvant une seconde fois les habitants.

Porte gothique donnant sur le cloître. ll était surmonté de deux étages de galeries, elles furent brûlées par les protestants menés par Montgomery en 1575.
Les fresques du XIVème siècle, rénovées de la sacristie.
La toiture de la collégiale et le dessus des voûtes.
La tour escalier de l'entrée du palais - Vendu comme bien national en 1795 et démoli. Les maisons qui restent sont privées
Toujours sur les routes de France, à la découverte de nos villes et villages, joyaux du patrimoine,
albums photos en évolution permanente
LEVANIN PHOTOHAUT DE PAGE