Gastronome voyageur sur les routes de France,
à la découverte de nos villes et villages, joyaux du patrimoine
ISSOIRE

Sous préfecture du Puy de Dôme. La vieille ville a gardé son plan ancien, les boulevards d’aujourd’hui ont remplacé les fortifications d’hier, on y trouve la tour de l’Horloge, ancien beffroi communal, édifiée au XVème siècle, dotée d’une façade en pierre de Volvic et l’abbatiale romane Saint Austremoine du XIIème siècle. Cette star est élevée en pierre dorée, de l’arkose provenant de Montpeyroux, la plus vaste des églises d’Auvergne: 65 mètres de long, 18 mètres sous voûte et 23 mètres sous la coupole. Au IXème siècle, l'incursion des Normands a contraint les moines bénédictins de l'abbaye de Charroux en Poitou à se réfugier sur leurs terres de Saint-Yvoine près d'Issoire. Ceux-ci fondent vers 938 dans la ville d'Issoire une abbaye consacrée à Saint Pierre et Saint Austremoine, son essor se traduit par la construction au XIIème siècle, de l'église de Saint Austremoine. Au mois d’août 1254, Saint Louis use de son droit de gîte au monastère d’Issoire en revenant de la Terre Sainte. Le Roi, voulant visiter l’Hôtel-Dieu, constate que celui-ci est en très mauvais état et se trouve en dehors de la ville, il exige alors qu'il soit transféré à l’intérieur des remparts. Au XVème siècle, les derniers remparts sont construits, matérialisés par les actuels boulevards de ceinture. Ils sont édifiés dans le cadre du mouvement de fortification que connaissent de nombreuses villes durant la guerre de cent ans. Au cours des guerres de religion, le 15 octobre 1575, la ville est prise et pillée par les Huguenots, en juin 1577, elle est reprise par l'armée royale du duc d'Anjou puis le 10 février 1590, prise par les ligueurs. Le lendemain, ceux-ci réfugiés dans la citadelle, sont assiégés, c'est alors qu'ils se retournent et font le siège de la ville tenue par les royalistes mais ils sont repoussés. Le 14 mars 1590, Jacques de Villelume-Barmontet, à la tête de cinquante cuirassiers, aide les troupes royales à poursuivre le comte de Randan, chef des ligueurs et à le défaire à la bataille de Cros-Rolland.

Toujours sur les routes de France, à la découverte de nos villes et villages, joyaux du patrimoine,
albums photos en évolution permanente
LEVANIN PHOTOHAUT DE PAGE