Gastronome voyageur sur les routes de France,
à la découverte de nos villes et villages, joyaux du patrimoine
HUSSEREN LES CHATEAUX

Village le plus élevé du vignoble alsacien, niché à 380 mètres d’altitude, au pied du massif du Stauffen et des trois châteaux: Weckmund, Wahlenbourg et Dagsbourg. Dominant la région de Colmar, les ruines de ces trois châteaux, détruits en 1466 pendant la guerre des 6 Deniers*, font partie des symboles de l'Alsace. D’abord de simples cabanes où logeaient les ouvriers qui aux XIème et XIIème siècles construisirent les trois châteaux qui était à l'origine un seul et même château, ensuite divisé au fil des successions et des mariages, puis au XIIIème siècle l’abbaye de Marbach, d’où le nom de “Haüsern”, c’est-à-dire “maisons” qui devint Husseren. Prospère avant la guerre de 30 ans, sous la tutelle épiscopale de Bâle et des seigneurs de Hattstatt, puis de Schauenburg, la cité connut les malheurs de la guerre et fut pillée par les Suédois en 1633. La prospérité revint après 1648 grâce aux immigrés suisses et allemands et au développement de la viticulture par les nobles familles. Husseren eut même une école dès 1669. Point de départ de la pittoresque route des cinq châteaux: Weckmund, Wahlenbourg, Dagsbourg puis Holandsbourg et Pflixbourg. *(Un meunier réclama à la ville de Mulhouse, un salaire impayé de 6 deniers. Le capitaine de la garde des châteaux avait une rancune personnelle à l’égard de cette ville. Il prit donc le parti du meunier, s’ensuivit une guerre locale. Les troupes de Mulhouse assiégèrent les châteaux et les détruisirent. Quand au meunier, il fut pendu).

Il ne reste aujourd’hui que trois donjons en grès rose sur la colline du Schlossberg. Ces trois châteaux ont été édifié entre le XIème et le XIIème siècle. Au centre, le plus ancien, "le Wahlenbourg", plus au nord, le "Dagsbourg" et le troisième, le "Weckmund".
Le château du "Hohlandsbourg", ensemble fortifié du XIIIème siècle composé d’une enceinte rectangulaire, armée de bastions et d’échauguettes. Pas de donjon ni tour mais à l’intérieur, quelques bâtiments, reconstruits récemment, adossés au chemin de ronde. Agrandi au XVIème siècle par le Baron hongrois Lazare de Schwendi qui aurait rapporté le Tokay de Hongrie en Alsace, il a été démantelé pendant la guerre de 30 ans. Restauré il y a une quinzaine d’année, il est ouvert à la visite.
Ruine du château de "Pflixbourg" au coeur de la forêt.
Toujours sur les routes de France, à la découverte de nos villes et villages, joyaux du patrimoine,
albums photos en évolution permanente
LEVANIN PHOTOHAUT DE PAGE