TOURRETTES SUR LOUP

Village médiéval authentique des Alpes Maritimes, perché sur un éperon rocheux au milieu d'une généreuse végétation d'aloès et de figuiers de Barbarie. Imperturbable avec ses hautes maisons posées en remparts autour du château des Villeneuve, du XVème siècle, aujourd'hui l'Hôtel de ville. Plaisantes ruelles, passages voûtés, vieilles façades de pierres restaurées avec goût, escaliers, le tout paré de verdure et de fleurs, font de ce bourg prisé des artistes et des artisans créateurs, un haut lieu touristique. Le site est occupé par les Celto Ligure, puis par les Romains jusqu'en 476. Suit un demi millénaire d’invasion par les Wisigoths, les Huns, les Francs et les Lombards. En 972, les Sarrazins profitent de ce plateau entouré de falaise, propice à la défense, pour édifier une forteresse. Les chevaliers de Tourrettes sont mentionnés pour la première fois en 1144 avec Guillaume Amic de Tourrettes, la famille se voit confier les terres du fief et fonde un château portant leur nom. Lors du rattachement de Nice à la Savoie en 1388, la cité, propriété des Grimaldi ralliés à la Savoie, est confisquée par le comte de Provence, Louis II d’Anjou et attribuée à Guichard de Villeneuve. La famille fait construire en 1437, l’actuel château en y englobant le beffroi du XIIème siècle. L’histoire de la cité est intimement liée à celle des Villeneuve jusqu’à la révolution, où César, dernier de la famille s’enfuit pour l’Italie, il sera exécuté en 1793, près de Vintimille. Le château est transformé en hôpital pour l’armée d’Italie avant d’être vendu comme bien national et devenir l’Hôtel de Ville. Surnommée la "Cité de la violette" en l'honneur de cette petite fleur cultivée dans la commune depuis près de 2 siècles, un musée vivant, "La bastide aux violettes" et une fête tous les ans au mois de mars, lui sont dédiés.

Pont du Cassan sur l'ancienne route Vence Grasse.
L’aqueduc du moulin à huile, dont on peut encore voir la grande roue en fer, enjambe d’une seule arche l’ancienne route de Vence à Grasse. Deux autres moulins en contrebas, dont il ne reste que les corps de bâtiment, témoignent de l’importance de l’activité oléicole au XIXème siècle
Le pont des Chemins de Fer de Provence: l'ancien train des pignes.
Eglise Saint Grégoire - Des XII, XVI et XIXème siècles. Agrandie en 1551, à l’emplacement d’une église romane du XIIème siècle dont furent repris le style et les matériaux. Modifiée en 1861.
la Barbacane - Emplacement d'un ancien fossé entre les portes Est et Ouest.
La porte de l’Horloge - Des XIIème et XVIème siècles, pendant longtemps l’unique entrée du village fortifié, Une porte et une herse en barrait le passage. Le beffroi qui la surmonte a été pourvu d’une horloge au XIXème siècle.
Le portail Neuf - Porte Sud du village, le chemin passe sur un pont romain, sous le viaduc partiellement détruit en 1944, puis mène vers l’ancienne gare des Chemins de Fer de Provence et La Colle sur Loup.
L’ancien Hôtel Dieu ou Hôpital Saint Jacques du XVIIème siècle, encore en service en 1936.
Le château - des XII, XV, XVII et XXème siècles. En 1387, Guichard de Villeneuve reçoit ce fief des comtes de Provence. Les Villeneuve font construire l’actuel château en 1430 en aménageant la tour du XIIème siècle. Décapité puis restauré, il abrite l’Hôtel de Ville depuis la révolution et la fuite du dernier des Villeneuve.
L’escalier monumental, édifié au XVIIème siècle a été restauré à la fin du XXème siècle.
La porte Est - A l’entrée de la Grand’rue elle donne accès au château. Les restes d’un pont-levis subsistent.
Le lavoir est adossé à une semi cavité sous roche. Il bénéficie d’une source, aménagée en 1900 avec une fontaine flanquée d’un abreuvoir et d’un bassin découvert.
La chapelle Saint Jean - Construite au XVIIème siècle. Détruite par un ouragan le 25 août 1925, remise en état en 1959. Décorée de fresques de Ralph Soupault (restaurées en 2005).
La bastide aux Violettes - Musée vivant consacré à la fleur de violette, inaugurée le 6 mars 2010.
Chapelle Sainte Marie Madeleine - De style roman, elle accueillait les voyageurs qui arrivait de Vence. Construction antérieure au XVème siècle, restaurée dans les années 1950 à l'initiative du peintre sculteur hollandais Joop Van Kralingen.
Château du Caire - Le seigneur de Tourrettes de 1630 à 1672 fait édifier cette demeure en 1646, elle sera flanqué de deux tours en 1754 et 1765, saisi à la révolution et vendu. Edifié sur un terrain de 120 hectares ce domaine a appartenu à André Masséna.
Les Lauves de Tourrettes - Formations géologiques rares dans les Alpes-Maritimes: ravinements en "dos d'éléphants" avec fossiles, rocher champignon, mares temporaires... La ressemblance avec une coulée de lave est frappante, mais aucun volcan n’est présent dans les environs. Ce sont des bancs calcaires sous-marins qui auraient été déposés par la mer primitive.
Vue depuis le pont des Chemins de Fer de Provence.
Toujours sur les routes de France, à la découverte de nos villes et villages, joyaux du patrimoine,
albums photos en évolution permanente
LEVANIN PHOTOHAUT DE PAGE