SAINT VERAN

Dans les Hautes Alpes, la plus haute commune habitée d'Europe à 2042 m d’altitude, au coeur du parc naturel du Queyras. "Un des plus beaux villages de France", aux maisons traditionnelles avec leur rez de chaussée en pierre, leur partie supérieure: "fuste", construite avec des troncs de mélèze équarris et non jointifs pour permettre une bonne ventilation du foin stocké à l'intérieur. Une grande avancée de toiture protège de la neige et permet de faire mûrir les gerbes de blé ou de seigle victimes d'un printemps tardif et d'un été trop court. Les toits recouverts de bardeaux de mélèze ou de pierres plates, les fontaines en bois, les cadrans solaires et les fours à pain, sont typiques du patrimoine local, tandis que les nombreuses chapelles et croix de mission témoignent de la foi des habitants. En 1343, le dauphin octroie une "Charte des libertés" aux habitants de la région, c’est ainsi que nait la "République des Escartons", dissoute en 1789, ce qui fait dire aux Queyrassins que la révolution leur a fait perdre leurs privilèges. Le village n’a pas été épargné par le passage des troupes qui pillaient cultures et troupeaux. Au XVIème siècle, les guerres de religion vont considérablement appauvrir le pays. Trois incendies vont détruire le Travers en 1526, le Raux en 1882 et La Chalp en 1901. Malgré cela, Saint Véran a su conserver son patrimoine architectural, car, dès 1526, la population s’est organisée pour lutter contre les incendies en créant des quartiers avec un espace coupe-feu. Puis, en 1874, une souscription permet l’achat d’une pompe à incendie, toujours visible près de la mairie. On peut se demander ce qui a pu amener des gens à venir habiter avec ces conditions de vie plutôt rudes, probablement le lieu été habité d’abord de façon saisonnière par des bergers venus de Provence, d’où la tradition de la transhumance bien ancrée dans la région.

Une "fuste" maison traditionnelle, elle servait à la fois d’habitation, d’écurie et de stockage des récoltes. Sa partie en troncs de mélèze laisse passer l’air dans les étages pour sécher le foin, et dans les balcons pour aérer la récolte de foin et de seigle. Sa toiture est en bardeaux de mélèze. Le foin entrait par une porte de grange, profitant de la pente, à l’arrière de la maison. Son rez-de-chaussée abrite l’écurie, où l’hiver, à côté des bêtes, les habitants couchaient dans des lits clos.
Les cadrans solaires de Saint Véran - Ce type de cadran mural date de la période de la Renaissance. Il remplace le cadran primitif, le gnomon, qui se composait d'un pieu planté verticalement dans le sol autour duquel étaient gravées les heures.
Four banal - On trouve trois fours à pain dans les quartiers de la Ville, des Forannes et dans le hameau Le Raux. Chaque famille cuisait son pain selon une organisation communautaire bien précise.
Le Chalet Montjoie, imposante batisse, reconstruite à Saint-Véran par l’architecte Jacques Couelle.
Eglise Saint Véran - reconstruite au XVIIème siècle, après les guerres de religion. En forme de temple (son architecte était protestant), elle ne possédait ni abside, ni clocher. Le clocher date de 1838.
Alta Peyra - Etablissement hôtelier de caractère quatre ****
Les fontaines de Saint Véran - Construites en mélèze, imputrescible, elle se composent pour la plupart de deux parties, ronde: la "Tino", qui servait d’abreuvoir pour les animaux, rectangulaire: le "batchas", qui servait à laver le linge. Il y en a une par quartier, alimentées par de petites sources.
Chapelle Sainte Marie Madeleine
Les croix de mission - Elles sont six dans le village, érigées chaque fois qu’un missionnaire est venu dans le village évangéliser les habitants.
Église Saint-Romain de Molines-en-Queyras - Détruite pendant les guerres de religion, reconstruite entre 1628 et 1637. Les cloches sont apparentes en haut d'un clocher carré couvert d'une toiture en mélèze aprés la destruction de sa flèche (la plus grande du Queyras) au cours des guerres de religions. Elle a été rénovée en 2011.
Demoiselle coiffée - Sur la route d'accès, au milieu d'une forêt de mélèze. "Elle porte victorieuse le bloc noir de rocher, ancien jouet des glaciers, fêtant jour après jour le triomphe de la vie sur l'épopée glaciare" (Michel Blanchet).
Toujours sur les routes de France, à la découverte de nos villes et villages, joyaux du patrimoine,
albums photos en évolution permanente
LEVANIN PHOTOHAUT DE PAGE