GORDES

Haut lieu touristique du Luberon en Vaucluse, "Un des plus beaux villages de France", dégageant une extraordinaire harmonie minérale, tout en calades empierrées qui se glissent entre les hautes maisons bâties en pierres sèches à même le roc. Dressés à son sommet, l'imposant château forteresse du XIème siècle, remanié à la Renaissance et l'église Saint Firmin du XVIIIème siècle, en remplacement de l’église médiévale devenue trop exiguë, semblent veiller sur la plaine du Luberon. Pendant les guerres de religion, la cité solidement fortifiée, résiste à l'assaut du baron des Adrets, chef huguenot qui reporte sa fureur destructrice sur l'abbaye de Sénanque. Ce bourg-acropole préserve "sous" et "sur" ses terres: les caves du palais Saint Firmin, creusées dans la roche avec leurs aménagements souterrains de citernes et moulin à huile; le village des bories, constructions arrondies dont tous les bâtiments sont entièrement érigés en pierres sèches, aujourd'hui musée d'habitat rural et l'abbaye de Sénanque confinée dans son vallon, toujours habitée par des moines cisterciens, depuis sa construction au XIIème siècle, tous trois classés "Monument Historique". Les moulins à vent ont joué un rôle très important sur le territoire communal qui en a compté jusqu'à 18 en 1914. En 1938, le peintre André Lhote révèle Gordes, ensuite beaucoup d'artistes tels que Marc Chagall, Victor Vasarely, Pol Mara, ... tombent sous le charme de ce village perché et s'y installent pour y vivre.

Le château - Remanié en 1525, il existait déjà en 1031. Bien conservé et restauré avec soin, il lie l’architecture du Moyen Age au nouvel art de vivre de la Renaissance.
L’église Saint Firmin - Erigée au XVIIIème siècle. A cette époque l’église du XIIème siècle devenue trop exiguë est rasée ainsi qu’une vingtaine d’habitations pour permettre sa construction.
Entrée des caves du Palais Saint Firmin - Ce site, classé monument historique, est composé de différentes salles troglodytes avec escaliers souterrains, citernes, ancien moulin à huile seigneurial, etc. Le tout formant un réseau de caves dispersées sur 7 niveaux et 18 mètres de dénivelé. L'aspect et les volumes occupés de ces caves ont évolué au fil du temps et des besoins, les origines de ces caves remontent du XIIème au XVIIIème siècles.
"Calade" en provençal - Rue empierrée en pierres calcaires posées verticalement sur la tranche. Rue pavée à pas-d’âne, ces marches facilitaient le cheminement des ânes et mulets.
Aumonerie Saint Jacques - Hostellerie pour les pèlerins se rendant à Saint Jacques de Compostelle.
Porte de Savoie - Du XIVème siècle, le nom de la porte fait référence à Béatrix de Savoie, comtesse de Forcalquier, qui au XIIIème siècle refusa de reconnaitre la suzeraineté française et prit les armes contre son gendre Charles Ier d'Anjou, frère de Saint Louis. Les Simiane étaient attachés à la maison de Forcalquier et ceci explique que dans les années 1250, ils apposent les armes de Savoie sur cette porte. Ces armoiries sont témoin de cet épisode de la longue histoire de l'indépendance Provençale.
Le bas du village bien etayé par de solides piliers.
L'abbaye Notre-Dame de Sénanque - Monastère cistercien en activité, fondé en 1148, il devient abbaye en 1150. Celle-ci fait partie, avec l'abbaye de Silvacane et l'abbaye du Thoronet, des "trois soeurs provençales", qui témoignent du grand rayonnement de l’ordre cistercien en Provence.
Village des bories - Dépourvu de cimetière et d’église, ce hameau, typique de l’habitat temporaire dans les pays méditerranéens, il venait doubler le village permanent et était lié aux travaux agricoles saisonniers. Son apparition résulte des grands mouvements de conquête des terres de la Provence aux XVIIème et XVIIIème siècles.
Toujours sur les routes de France, à la découverte de nos villes et villages, joyaux du patrimoine,
albums photos en évolution permanente
LEVANIN PHOTOHAUT DE PAGE