COLMARS LES ALPES

"Village de caractère" de montagne, des Alpes de Haute Provence, situé dans la haute vallée du Verdon à 1235 mètres d'altitude. Encore ceinturé par ses remparts et gardé par deux fort, son passé tumultueux lui a laissé un patrimoine militaire important. Ville frontière avec la Savoie, cette situation lui imposait un important système de protection. Sa vocation défensive fut donc renforcée au fil des siècles suite à de nombreuses guerres et incendies. Au Moyen Age, c'est une communauté prospère qui jouit d’un statut de franchise communale. L’industrie drapière qui fera la renommée de la haute vallée jusqu’à la fin du XIXème siècle y est florissante. La laine est fournie par les nombreux troupeaux ovins qui fréquentent les pâturages. En 1388, elle devient ville frontière, le haut de la vallée passe à la Savoie avec Nice. Protégée par une première enceinte pour laquelle François Ier, lors des guerres contre Charles Quint, améliora le système défensif. A la fin du XVIème siècle, le village sera doté d’un ensemble de fortifications plus développées qui lui donnera son aspect actuel. Lors des guerres de religion, la place est la cible de plusieurs attaques, en 1560, les protestants la pillent, en 1583, Cartier, capitaine opérant pour son compte la rançonne, quelques années plus tard, les ligueurs la saccagent. Le 8 août 1672, un incendie détruit entièrement le bourg, tous les ans une commémoration en rappelle le souvenir. En 1690, avec l’adhésion de Victor-Amédée à la ligue d’Augsbourg, c’est la guerre entre la France et la Savoie. Louis XIV charge Vauban de renforcer la frontière, priorité est donnée aux deux redoutes destinées à surveiller les ponts, au sud, le fort de France et au nord, le fort de Savoie, reliés par un chemin couvert. Vauban visite la place en 1700, il trouve de nombreux défauts qui n’ont jamais été corrigés selon ses instructions. En effet, en 1713, le traité d'Utrecht rattache l’Ubaye à la France, la place passe alors en seconde ligne, puis en 1860, en troisième ligne, après le rattachement de Nice. Au XIXème siècle, le déclin des activités drapières et lainières avec la fermeture des manufactures entraîne un exode massif de la population.

Pont Saint Roch - Du XVIIème siècle, au XIXème siècle ont été ajoutées deux ailes du côté aval, soutenue chacune par un arc de décharge, il est désaffecté en 1894.
Porte de Savoie
Fort de Savoie - En amont, exposé en première ligne à la frontière. En forme de trapèze, il se fond dans le paysage, épousant le relief et la topographie des lieux. Il communiquait avec la cité par un chemin couvert.
Chapelle Saint Joseph - Ancienne chapelle des pénitents gris, une construction de type "gothique provençal". En 1672, un incendie détruisit le village, brûlant 400 maisons, l'église paroissiale et la chapelle St Joseph. Elle a été reconstruite sur les base de l'ancienne.
Porte de Savoie
Fort de France - Au sud, une simple redoute de plan carré.
Fort de France
Fort de Savoie vu du village.
Eglise Saint Martin - Reconstruite et rebaptisée "St Martin", sur l'emplacement de l'église de "St Jean hors les murs", entre 1681 et 1696 après l'incendie de 1672 qui détruisit entièrement le village. Le portail de l'édifice précédent a été réemployé, il porte des inscriptions latines et la date de 1530.
Maison musée du haut Verdon - Un panorama complet du patrimoine culturel du Haut-Verdon, sur plus de 1000m², répartis entre la maison et les 400 mètres du chemin de ronde.
Toujours sur les routes de France, à la découverte de nos villes et villages, joyaux du patrimoine,
albums photos en évolution permanente
LEVANIN PHOTOHAUT DE PAGE