COARAZE

Village médiéval, perché sur son piton rocheux à 650 m d’altitude dans les Alpes Maritimes. "Un des plus beaux villages de France" traversé par de nombreux passages couverts, voûtés et ruelles, dans un dédale tortueux et pavé entre les maisons de pierres ou enduites aux tons pastels roses, bleus ou jaunes. Au sommet se trouve l'église baroque Saint Jean Baptiste, construite à partir du XIVème siècle, plusieurs fois remaniée et l'esplanade de l'ancien château. A l’époque romaine, la colline portait un castellaras, puis une église et une maison forte y sont construites. Le village, recroquevillé, vient de naître, cet état va durer jusqu’au XIème siècle. En 1108, signalé dans un document sous "Cauda Rasa", il dépend de Nice et se développe jusqu'au XVIème siècle. En 1325, il passe sous la domination du comté de Provence et en 1388 avec tout le pays de Nice, passe à la maison de Savoie jusqu'en 1860. Le 2 mars 1629, le village est érigé en baronnie. Entre 1744 et 1748, Coaraze est l’objet d’une administration espagnole après que son seigneur ait prêté serment à l’Infant d’Espagne. Au XIXème siècle, le village est relié par route à Nice en 4 heures de diligence. En 1793, a lieu la "bataille de Coaraze, où Claude-Victor Perrin, futur maréchal Victor, repousse 3.000 Piémontais et un régiment d’émigrés avec un bataillon de 600 hommes. Dénommé le "village du soleil" grâce à un ensoleillement exceptionnel, de nombreux cadrans solaires en céramique, réalisés par des artistes dont Jean Cocteau, Valentin, Douking, Ben, etc, en ornent les rues, notamment sur la façade de la mairie et sur le mur de soutènement de l'esplanade.

Ancienne boulangerie communale.
Lavoir - Toit avec pente vers l'intérieur pour recueillir les eaux de pluie.
La maison du forgeron, datée de 1533.
Four à pain communal.
Eglise Saint Jean Baptiste - Du XIVème siècle à la façade néo-Romane, remaniée de nombreuse fois.
Esplanade du Château - La partie la plus haute du village où s'érigeait la forteresse.
Chapelle Bleue – Chapelle Notre-Dame-de-Piété ou des Sept-Douleurs. Le surnom de chapelle Bleue lui est donnée après la réalisation d’un décor en camaïeu bleu par Le peintre Ponce Fidelio.
"Village du soleil" - De nombreux cadrans solaires ornent le village. En 1953, le maire organise les "Rencontres Poétiques de Provence" présidées par Jean Cocteau et lance un projet de "douze cadrans solaires qui seraient des oeuvres d’art". Les premiers ont été installés en avril 1961, après avoir été abandonné le projet reprend en 2008 où 5 nouveaux cadrans sont posés.
Jean Cocteau
Ponce de Léon
Henri Goetz
Ben
Sacha Sosno
Mona Cristie
Georges Douking
Gilbert Valentin
André Machéroni
Toujours sur les routes de France, à la découverte de nos villes et villages, joyaux du patrimoine,
albums photos en évolution permanente
LEVANIN PHOTOHAUT DE PAGE